AOL et Tiscali lancent leurs offres ADSL à 128 Kbits/s

Cloud

Avec leurs offres à 30 euros par mois pour 128 Kbits/s, Tiscali et AOL, derniers acteurs majeurs grand public à proposer un accès “bas débit” ADSL, ne créent pas de surprise. Tiscali met en avant sa promotion de quatre mois à 16 euros tandis que AOL se contente d’offrir le modem, comme tous les autres.

Après Club-Internet (voir édition du 25 septembre 2002) puis Wanadoo (voir édition du 11 octobre 2002), c’est au tour de Tiscali et d’AOL de dévoiler leurs offres ADSL à 128 Kbits. Tiscali propose ce débit pour 29,95 euros avec, pour tout engagement de deux ans, une promotion à 15,95 euros les quatre premiers mois. De la même manière, les internautes qui préfèrent profiter des 512 Kbits/s bénéficieront les quatre premiers mois d’une offre à 29,95 euros avant de passer à 44,95. “C’est le meilleur prix promotionnel du marché”, déclare Caroline Puelchoutres, directrice marketing du groupe en France.

Tiscali offre également le modem ADSL (USB Olitec). Mieux, ceux qui en sont déjà équipés (les clients des concurrents dont l’engagement arrive à terme, par exemple) bénéficieront de trois mois gratuits avant d’être facturés. “Nous sommes désormais sur un marché de renouvellement”, estime la directrice marketing. Autant essayer d’en tirer profit, donc, notamment en lorgnant du côté des clients de Wanadoo. En cas de problème technique, le modem est échangé. Par ailleurs, le groupe s’engage à répercuter les baisses de prix éventuelles, hors promotions. Ce qui devrait convaincre les internautes méfiants qui hésitent à s’engager sur 24 mois. “Nous continuons à faire pression sur France Télécom pour obtenir de meilleurs tarifs”, explique Caroline Puelchoutres, “par exemple, la ligne ADSL nous est facturée 11 euros pour le 128 Kbits et 15 euros pour le 512 Kbits, alors que c’est la même ligne et donc les mêmes frais pour France Télécom.” Les abonnés peuvent garder l’espoir que leur facture baissera. En revanche, Tiscali ne cherche pas à s’appuyer sur le dégroupage. “Pour le haut débit, c’est une infrastructure très complexe que nous ne maîtrisons pas”, avoue la directrice marketing.

Tiscali vise 20 % du marché

Les abonnés bénéficieront également d’une heure d’assistance téléphonique gratuite ainsi que de la possibilité de naviguer entre les deux offres autant de fois que souhaité et sans frais. Les packs ADSL 128 et 512 Kbits/s incluent les frais d’activation de la ligne et sont réservés aux 20 000 premiers inscrits. Les suivants devront donc payer leur modem et les frais d’activation. “Nous visons environ 15 % du marché”, déclare-t-elle. Soit environ 180 000 abonnés pour le début de l’année prochaine (Tiscali estime le nombre de lignes ADSL à 1,2 million contre 1,3 pour France Télécom, voir édition du 10 octobre 2002). Tiscali revendique aujourd’hui près de 30 000 abonnés ADSL en service.

En revanche, le groupe ne lance pas d’offre très haut débit à 1 024 Kbits. “Notre vocation est de répondre au plus grand nombre”, justifie la porte-parole. “On ne peut pas tout lancer en même temps et il faut faire des choix. Mais le très haut débit n’est pas définitivement exclu de notre stratégie.” Tiscali a également conscience de ne pouvoir rivaliser avec l’offre de Free à 30 euros pour 512 Kbits (voir édition du 19 septembre 2002). “Ils prennent un risque car ils s’appuient sur leurs lignes dégroupées, uniquement sur Paris et la proche banlieue”, estime Caroline Puelchoutres qui sous-entend que sur les lignes ADSL de province, Free perdra de l’argent. “Si nous pouvions maintenir notre tarif promotionnel de 15 euros, nous le ferions, mais dans l’état actuel des choses c’est impossible si l’on veut offrir un service de qualité. Au départ, nous avions même fixé le 128 Kbits à 35 euros, donc nous avons fait un effort.”

1 Mbit/s chez AOL

Du côté d’AOL, l’ADSL à 128 Kbits/s est également à 30 euros (29,99 précisément), sous condition d’un engagement d’un an. Le modem (USB Alcatel) et les frais d’activation de la ligne sont également offerts pour toute inscription avant le 31 décembre 2002. Dans les mêmes conditions, une offre à 1 024 Kbits/s est proposée à 80 euros par mois.

Les principaux acteurs du marché de l’accès Internet en France ont donc lancé leurs offres à 128 Kbits/s. Et comme pour le modèle 512 Kbits/s, on peut constater l’absence de disparités, dans les tarifs en tout cas. A quelques centimes près, de Club-Internet à Wanadoo en passant par Tiscali ou AOL, elles sont toutes à 30 euros comme le 512 Kbits est à 45 euros. Certes, certains offrent le modem, d’autres y ajoutent des mois de promotion, quand ils ne mettent pas en avant des services propres au haut débit. Seul Free, qui devrait ouvrir son service à 30 euros pour 512 Kbits/s ces jours-ci, se distingue du lot. Free et, ne l’oublions pas, Noos. Le réseau câblé – essentiellement parisien, il est vrai – permet depuis la rentrée de découvrir le haut débit de 64 à 1 100 Kbits/s pour 19 euros les quatre premiers mois. Ensuite, l’accès à 128 Kbits/s revient à 29 euros et le 512 Kbits/s à 39 euros. Ne doutons pas que d’autres acteurs du haut débit devraient prochainement se lancer dans des offres plus originales que celles proposées actuellement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur