AOL France n’est pas à vendre, clame son nouveau PDG

Mobilité

Dans une interview accordée aux Echos, le PDG d’AOL France évoque un plan de licenciements actuellement à l’étude. Il souhaite d’autre part développer les services de téléphonie et la voix sur IP.

Pour sa première interview depuis sa prise de fonction en juillet, qu’il vient d’accorder au quotidien Les Echos, Carlo d’Asaro Biondo entame son mandat sous le signe de la rigueur. Le nouveau PDG d’AOL France indique en effet qu’il va devoir prendre des mesures de réduction d’effectifs, accompagnées d’un plan de sauvegarde d’emplois.

Le plan de licenciements économiques porterait sur une fourchette de 70 à 120 postes sur un effectif total de 1 350 salariés et toucherait essentiellement les équipes d’animation éditoriale des chaînes thématiques du portail. “Mon mandat n’est pas de vendre AOL France mais à terme d’être rentable et même de nous mettre en position de prédateur”, assure Carlo d’Asaro Biondo. Mercredi soir, à l’occasion de la présentation de ses résultats trimestriels, le groupe AOL devrait annoncer un plan de 700 suppressions de postes aux Etats-Unis.

Une nouvelle stratégie mobile

Toujours dans les colonnes des Echos, Carlo d’Asaro Biondo revient sur les grands chantiers qu’il compte suivre avec attention à moyen terme : au printemps 2005, AOL devrait lancer une offre de téléphonie mobile associée à des services Internet en partenariat avec un opérateur mobile. A travers son outil de messagerie instantanée, le FAI explore déjà les passerelles entre l’Internet et la mobilité.

AOL France compte édifier une nouvelle stratégie mobile dotée d’un portail. Cette fois-ci, le FAI devrait s’allier avec un opérateur mobile pour proposer une offre commune. Des déclinaisons en téléphonie fixe pourraient également voir le jour. En 2000, sur fond d’émergence du Wap première génération, AOL Europe s’était associée avec le groupe britannique Carphone Warehouse (plus connu sous l’enseigne Phone House en France) pour développer un portail mobile européen (Mviva).

Même stratégie pour la partie téléphonie fixe et dégroupage : AOL France compte s’associer avec d’autres opérateurs pour “co-investir” dans un réseau. Les premières offres commerciales ADSL 2+ de ses concurrents ne semblent pas inquiéter outre mesure le PDG d’AOL France. “Je n’y vois pas un grand potentiel pour l’instant car il n’y a pas de services adéquats pour nos clients”, tempère Carlo d’Asaro Biondo. Des services de voix sur IP seront également proposés courant 2005.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur