AOL n’est guère ouvert à la discussion en ligne

Mobilité

AOL refuse de rendre ses logiciels de discussion (“chat”), AIM et ICQ, compatibles avec ceux de la concurrence. Pour l’y obliger, Microsoft, CMGI, AT&T et Excite ont décidé de mobiliser le Sénat américain.

AOL a beau se targuer de faire communiquer en temps réel plus de quarante millions d’utilisateurs d’ICQ et d’AOL Instant Messenger, le géant reste tout de même enfermé dans sa tour d’ivoire. En effet, les utilisateurs de ces deux logiciels maison ne peuvent pas communiquer avec d’autres applications du genre tel MSN Messenger de Microsoft.

Prônant l’ouverture, les géants Microsoft, AT&T, Excite@Home et CMGI (qui détient Altavista et notamment le spécialiste du chat iCast) se sont alliés momentanément pour déposer le 1er mars 2000 une plainte auprès du Sénat américain. Selon la presse américaine, qui relate cette affaire, leur lettre commune critique l’absence de volonté d’AOL de respecter des dispositions permettant à AIM et ICQ de converser avec d’autres programmes. Rappelons que l’an dernier, AOL a eu la main lourde en empêchant sciemment aux utilisateurs de Tribal Voice (technologie choisie par AT&T) de contacter les utilisateurs d’AIM (voir édition du 10 décembre 1999).

Durant l’hiver 1999, la firme de Redmond avait décidé de renoncer à forcer la communication avec le logiciel AIM (voir édition du 23 novembre 1999). De son côté, AOL a beau jeu d’invoquer des failles de sécurité dans les applications des concurrents, ou même des tentatives de hacking, pour excuser sa conduite (voir édition du23 novembre 1999). Signalons enfin que les perdants sont avant tout les utilisateurs, condamnés à dialoguer avec un auditoire large mais fermé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur