L’app mobile Booxup sous le coup d’une enquête de la DGCCRF

JuridiqueRégulations
booxup
2 1

Booxup, éditeur d’une app mobile dédiée au partage gratuit de livres papier, fait l’objet d’une « enquête préventive » de la DGCCRF, à la demande d’un professionnel de l’édition.

Ce n’est certes pas du téléchargement illégal réprimé par l’Hadopi, mais la start-up française Booxup, éditrice de l’app mobile éponyme de partage gratuit de livres papier, est sous le feu des projecteurs de l’industrie du livre.

L’éditeur a en effet récemment reçu la visite dans ses locaux parisiens d’un agent de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), chargé de mener une « enquête préventive », comme le rapporte Actualitté.com.

Cette demande d’enquête a été faite par un professionnel de l’édition, sans que son identité ait été révélée…

L’application mobile Booxup, créée par David Mennesson et Robin Sappe, permet de s’échanger, entre membres de la communauté, des milliers de livres papier, le tout gratuitement

Basé sur le principe de la géolocalisation, les 10 000 utilisateurs peuvent vérifier les livres proposés en partage près de chez eux. Actuellement, la plate-forme propose près de 20 000 livres en 17 langues en libre échange.

Un principe d’échange gratuit qui chiffonne l’industrie du livre, qui voit comme une menace cette petite entreprise qui s’est construite sur le principe de prêt d’ouvrages entre particuliers. Mais qui n’a pour le moment pas mis en place de système de monétisation.

L’inspecteur de la DGCCRF s’est penché sur le monde de fonctionnement de la start-up. « Deux procès-verbaux ont été rédigés par cet inspecteur : pour le premier, il souhaitait connaître nos liens avec les grands éditeurs informatiques, comme Google, Amazon… », explique David Mennesson.

« Le deuxième était un peu moins contraint, et il nous demandait quelles étaient nos ambitions, notre business model… », précise le co-fondateur de la plate-forme.

Il y a quelques jours, Booxup a annoncé une première levée de fonds de 310 000 euros.

 

Crédit image : Donatas – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur