Appareils photos numériques: des surprises pour la rentrée de Nikon et Canon

Mobilité

Stabilisateur d’image et très haute résolution composent les principales
caractéristiques des nouveaux boîtiers numériques compacts.

Avec la rentrée et l’approche de l’IFA2006,la grand messe de l’électronique grand public qui va se dérouler à Berlin du 1 au 6 septembre, les constructeurs d’appareils photos numériques (APN) fourbissent leurs armes. Notamment Nikon et Canon, les deux poids lourds de l’industrie photographique.

Une semaine après avoir présenté son D80, un reflex semi-professionnel de 10 millions de pixels, Nikon a annoncé pas moins de cinq nouveaux modèles de Coolpix ces derniers jours. Aux innovations diverses et variées pour des tarifs s’étendant de 229 à 399 euros.

Nikon complète sa fameuse gamme S, laquelle se distingue par un objectif intégré, un grand écran de visualisation de 2,5 pouces, une ergonomie optimisée mais où le viseur est absent, avec trois nouveaux modèles. Les S7c et S9 héritent de l’esthétique raffinée au format ondulé du modèle S5 (et S6). Le S7c propose une résolution de 7 mégapixels (soit 1 million de plus que les S5 et S6) et intègre un stabilisateur d’image pour éviter les photos floues. Il hérite également de l’interface de communication Wi-Fi introduite dans le S6.

Les innovations du S9, en revanche, sont moins évidentes. Le boîtier s’appuient sur les caractéristiques du S5 (6,1 mégapixels) qu’il agrémente de deux fonctions d’optimisation des images après prise de vue : mode portrait (avec priorité visage et anti yeux rouges) et correction de la densité lumineuse. Le S10 innove, lui, tant par sa forme que par ses capacités optiques. Doté d’un capteur 6 mégapixels, le S10 reprend le bloc optique pivotant du S4 et offre une large plage de focale 38-380 mm (en équivalence 24×36). Soit un zoom x10 là où les autres modèles de la gamme S s’arrête à x3.

Un puissant zoom, c’est aussi ce qui caractérise le Coolpix L5. Classé dans la catégorie “ludique” par le constructeur, le L5 offre un zoom x5 (38-190 mm), un capteur de 7,2 mégapixel et un écran de visualisation de 2,5 pouces. Mais pas de viseur optique. Malgré, là aussi, son absence de viseur optique (qui permet d’économiser sur l’énergie consommée par l’écran de visualisation), le L6 promet des prises de vue jusqu’à 1 000 photos de 6 mégapixels à partir de deux piles AA Energizer.

Haute résolution pour les PowerShot de Canon

Moins généreux en unité mais tout autant que son concurrent en matière de performance, Canon se contente de présenter trois nouveaux modèles de PowerShot. Avec le A710 IS, le constructeur introduit le stabilisateur d’image dans les PowerShot de série A. Cela garantit des images nettes de 7,1 millions de pixels à travers un puissant zoom optique x6 (35-210 mm). Le nouveau modèle hérite bien sûr des principales caractéristiques qui font le succès de la gamme : vaste choix de modes de prise de vues, débrayage manuel des réglages, enregistrement de vidéos en qualité VGA, sensibilité poussée à 800 ISO et grand écran 2,5 pouces.

De leur côté, les PowerShot A640 et A630 visent les hautes résolutions : 10 mégapixels pour le premier et 8 pour le second. De quoi imprimer au format A3 sans perte de qualité. Les successeurs des A610 et A620 disposent par ailleurs d’un écran LCD orientable de 2,5 pouces, d’un zoom optique 4x (35-140 mm) et, toujours, d’une vingtaine de modes de prises de vue. Outre les SD et MMC ” traditionnelles”, les nouveaux boîtiers acceptent les nouvelles cartes mémoires Flash de type SDHC à 4 Go et plus. Ce qui pourrait se révéler bien utile pour stocker des centaines d’images de plusieurs mégapixels. Les prix s’alignent en conséquence entre 369 et 469 euros selon les options.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur