Apple : des résultats mauvais, mais pas trop

Cloud

Lors de sa conférence financière trimestrielle habituelle, Apple a présenté ses comptes pour son premier trimestre fiscal 2001. Grâce à une astuce comptable, le déficit est moins important que prévu, mais affiche tout de même une perte de 195 millions de dollars. La firme affirme pouvoir repasser dans le vert dès mars prochain.

Les analystes auraient été trop pessimistes selon Apple. Malgré les pertes annoncées de 195 millions de dollars Fred Anderson , le directeur financier de la Pomme, est agréablement surpris par ces résultats ! L’année 2000 se termine donc mal, mais beaucoup moins que ce que les analystes avaient prévu. Mais revenons sur les signes qui expliquent cette situation.

Les pertes d’abord : elles sont en rapport avec ce que la direction d’Apple avait annoncé ( voir édition du 6 décembre 2000 ), mais s’avèrent beaucoup moins élevées que celles qui avaient été prévues par les analystes financiers. Apple fait 11 % de mieux que ce qu’on lui prêtait ! Ce n’est donc pas l’épaisseur du trait, comme le disent habituellement les comptables… Les efforts ont concerné le marketing et se sont focalisés sur la baisse des prix que les machines ont connue durant le mois de décembre.

Les vrais résultats comptables ne seront connus qu’au trimestre prochain

Mais ces résultats sont biaisés : ils prennent en compte des opérations qui masquent les pertes nettes du trimestre (243 millions de dollars soit près d’1,7 milliard de francs). Parmi ces opérations, on compte les ventes de parts détenues dans ARM et Akamai en novembre. Les ventes des parts de cette dernière sont d’ailleurs un véritable manque à gagner pour Apple, qui se félicitait il y a un an de cet investissement, alors qu’Akamai était au mieux de sa forme. Aujourd’hui, la société, en pleine phase de développement a vu sa valeur boursière chuter. L’action vaut 10 % de son plus haut niveau et Apple n’en a donc tiré que cette valeur sur le paquet vendu ! Les 195 millions de dollars de pertes annoncées par Apple prennent en compte ces mouvements financiers et sont conformes aux nouvelles règles comptables américaines, ce qui a pour effet de modifier la perception des résultats de la société. Pour une meilleure évaluation il faudra attendre la fin du prochain trimestre. Apple sait donner du temps au temps…

Un effort important a réalisé sur les stocks

L’effort le plus important concerne les stocks : ses canaux de distribution sont passés de 11 semaines à 5 semaines et demi. Cette réduction a concerné 300 000 machines et a touché plus particulièrement les PowerMac et les PowerBook. Il reste à peu près l’équivalent à écouler en distribution. Cet effort a un coût important en termes de pertes de revenus. En revanche, il s’est traduit par un retour à un niveau de stock de production de 2 jours alors qu’il avoisinait les 3 jours au mois de septembre. Une réduction de près de 30 % de ces stocks qui ne doit pas cacher qu’Apple est réputée dans la profession pour avoir pu atteindre les 10 heures de réserve ! Aucun autre fabricant d’ordinateur ne se vante d’un tel niveau…

Conséquences pour Fred Anderson : Apple devrait revenir dans le vert lentement mais sûrement, et ce, dès le mois de mars prochain. En revanche, l’objectif de chiffre d’affaires annuel a été revu à la baisse : 42 milliards de francs au lieu de la fourchette 42/45,5 que la firme prévoyait précédemment. Un recul important, mais qui pourrait être sur-estimé, en raison des effets attendus par l’introduction du nouveau MacOS et du regain de puissance des machines frappées de la Pomme… La thèse d’un report des achats dans l’attente du nouveau système semble prendre en effet plus de corps, compte tenu de l’engouement pour le Mac montré au cours de MacWorld, comme l’achat des 250 000 versions bêta de MacOS X…

Pour en savoir plus :

Les résultats d’Apple (en anglais ? QuickTime requis)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur