Apple : des résultats positifs ou négatifs ?

Cloud

Avec un deuxième trimestre fiscal bénéficiaire, Apple était l’un des rares constructeurs informatiques à afficher une bonne santé financière avec un “trésor de guerre” d’environ 30 milliards de francs. Pourtant, un doute sur les profits futurs apparaît.

Fred Anderson, le directeur financier d’Apple, en présentant les comptes d’Apple pour le deuxième trimestre fiscal 2001, prévoyait en avril dernier des bénéfices pour les troisième et quatrième trimestres et plus de trois milliards de dollars de chiffre d’affaires. IDEAadvisor a publié une analyse détaillée sur Apple et son avenir proche. Une baisse des profits (profit warning) ne serait pas une surprise. Le marché informatique américain ne se porte pas au mieux, avec une baisse historique des ventes de micro-ordinateurs. La valeur de l’action de la Pomme a baissé de plus de 20 % en un mois et la tendance a peu de chances de se modifier à court terme. Les ventes des PowerMac G4 se stabilisent et ne permettront pas de compenser la faiblesse de la nouvelle gamme iMac. L’absence d’Apple sur les marchés des assistants numériques et des terminaux mobiles d’accès Internet font prédire à IDEAadvisor un possible recul des profits et un trimestre très difficile pour le constructeur. Goldman Sachs s’attend aussi à des prochains mois délicats pour Apple. Notre confrère anglais Tony Smith dans The Register est très critique sur l’analyse d’IDEAadvisor. Il est toutefois d’accord sur la faiblesse du marché informatique américain, tout en déplorant l’absence de prise en compte des nouveaux iBook et du PowerBook Titanium.

IDEAadvisor a le mérite de nous faire réfléchir sur les capacités d’Apple à rester rentable malgré un marché morose et difficile. Il est certain que la prochaine génération d’iMac devra radicalement rompre avec le concept actuel vieux de presque trois ans. La Pomme doit d’urgence régler les problèmes de fréquence du G4. La sortie de Mac OS X provoquera-t-elle la dynamique attendue pour Apple ? Les résultats du troisième trimestre apporteront des indications sur la bonne santé ou non d’Apple. Le plus grand défi du constructeur réside dans sa capacité à résister à la faiblesse du marché, tout en innovant, un exercice périlleux.

Pour en savoir plus :

* L’article de The Register (en anglais)

* L’analyse de IDEAadvisor (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur