Apple : forte croissance en cours !

Mobilité

Nous avons interrogé Jean-René Cazeneuve à l’occasion des résultats trimestriels d’Apple. Le directeur général de la filiale française retient l’excellente position de sa société pour croître de manière profitable sur les prochains trimestres. Sauf détérioration de la conjoncture économique, Apple s’apprête désormais à un rebond de ses ventes, dans la lignée des derniers résultats publiés.

A la lumière des résultats d’hier, quel bilan tirez-vous de l’état d’Apple à la mi-2003 ?

Nous sommes en excellente position pour croître de manière profitable sur les prochains trimestres. L’utilisation des nouveaux appareils numériques (appareils photos, caméra, lecteurs MP3,etc.) est en train de devenir le centre d’intérêt des clients. L’engouement pour ces technologies est en train de prendre corps. Or nous sommes très bien positionnés sur ces nouveaux usages du tout numérique, grâce à notre stratégie du hub numérique (formalisée dès janvier 2001 par Steve Jobs, ndlr). En fait notre technologie nous donne une certaine avance. Il s’agit d’une des forces d’Apple : il n’y a qu’à constater le succès de notre iPod (304 000 exemplaires vendus sur les 3 derniers mois, ndlr) et surtout de la “solution-musique” qui l’accompagne autour d’iTunes (voir édition du 6 mai 2003). Il s’agit d’un marché qui va encore se développer de manière significative et où nous sommes très clairement en pointe.

Le deuxième point à noter pour comprendre ce qu’Apple a vécu récemment concerne la migration de nos clients sur Mac OS X (voir édition du 6 juin 2003). Nous avons réussi à passer le plus difficile de la phase de migration en faisant progresser un peu notre chiffre d’affaires. Mais les deux dernières années ont été un peu compliquées, avec un contexte économique difficile et ont demandé un effort de la part de nos partenaires, de nos revendeurs et de nos clients. Reste que désormais, il n’y a plus d’obstacle d’importance et nous allons maintenant commencer à en tirer les fruits avec le PowerMac G5 lancé récemment, et un système d’exploitation plus aboutit. Nous entamons une phase où nous allons pouvoir déployer nos solutions à grande échelle.

Le contexte européen paraît à la traîne : comment l’expliquez-vous ?

Ne nous voilons pas la face, les résultats européens sont à la traîne en raison du contexte économique. L’économie ralentit en France, en Allemagne et en Italie. Cette situation a un impact sur les investissements de nos clients sur le continent, et surtout en termes d’investissements en communication et en informatique. Les Etats-Unis bénéficient de deux particularités : notre chaîne de magasins, il y en a désormais 62 (64 ouverts à partir du 26 juillet 2003, ndlr), mais aussi un effet d’entraînement de notre magasin de musique en ligne, qui attire l’attention sur nos produits.

Outre le hub numérique, quels sont les autres points forts sur lesquels vous pouvez vous appuyer ? Quelles perspectives tracez-vous sur la base de ces atouts ?

Je pourrais en citer de nombreux. Mais j’en vois principalement quatre. Nous disposons d’une cohérence de notre offre vidéo particulièrement homogène. Dans ce domaine, notre gamme s’étire de la diffusion de la vidéo sur Internet (Apple propose serveurs, logiciels systèmes et applications, ndlr), en passant par le montage professionnel et semi-professionnel de nos offres Final Cut Pro et Final Cut Express, en passant par la vidéo grand public iMovie. C’est un enjeu d’importance, sur un marché en pleine évolution. Le retrait du logiciel Premiere d’Adobe sur ce marché est une forme de reconnaissance de la supériorité de notre offre sur Mac (voir édition du 17 juillet 2003).

Autre point fort, les portables. Vous savez que Steve Jobs a indiqué que 2003 serait l’année des portables, et c’est une réalité avec 46 % de nos revenus provenant de cette branche. Il y a beaucoup de gens qui croient que c’est Intel qui a inventé le sans-fil avec Centrino, mais nous avons proposé des produits Wi-Fi de longue date (les premiers Mac Wi-Fi datent de 1999, ndlr), et nous disposons de très belles gammes avec l’iBook et le PowerBook. Enfin, nos deux autres points forts s’appuient sur le PowerMac G5 et l’Xserve : avec ces produits, Apple est redevenu un acteur crédible dans le domaine de la “course à la puissance”, notamment avec l’introduction du premier ordinateur personnel 64 bits.

Pour résumer, nous croyons avoir en main actuellement les meilleurs atouts pour profiter d’un rebond du contexte économique. Nous devrions profiter mieux que d’autres des tendances de fond qui touchent la vidéo et le tout numérique. Notre directeur financier a indiqué hier qu’il envisageait une croissance forte à un chiffre pour le prochain trimestre (comprendre comprise entre 5 et 10 %, ndlr), et un objectif de croissance à deux chiffres en 2004 ! Je pense que nous constaterons dès l’Apple Expo en septembre, à quel point nos nouveaux produits vont nous favoriser. Le G5 en sera notamment la grande vedette.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur