Apple anticipe une charge de 38 milliards de dollars avec la « réforme Trump »

EntrepriseMobilitéSmartphonesTablettes
resultats-apple-t1-2018

Sur fond de croissance à l’international, Apple estime que le rapatriement de fonds offshore avec la réforme fiscale aux USA lui coûtera 38 milliards de dollars.

Pour avoir une idée de ce que nous ferons de nos fonds offshore, rendez-vous dans trois mois.

Directeur financier d’Apple, Luca Maestri a fait passer le message dans le cadre de la conférence téléphonique faisant suite à la présentation des résultats de l’entreprise sur le 1er trimestre de son exercice fiscal 2018.

La période s’est échelonnée du 1er octobre au 30 décembre 2017, c’est-à-dire sur 13 semaines, alors qu’elle en avait couvert 14 l’année précédente (du 25 septembre au 31 décembre 2016).

Avec cette base de comparaison défavorable, les ventes d’iPhone reculent : – 1 %, à 77,316 millions d’unités.

La stratégie de montée en gamme, illustrée en premier lieu par l’iPhone X (« le plus vendu des iPhone chaque semaine depuis son lancement en novembre », selon Apple), entraîne toutefois une hausse du prix de vente moyen, de 695 à 796 dollars.

Les revenus s’en ressentent : l’iPhone atteint un nouveau palier, à 61,576 milliards de dollars, en croissance de 13 % sur un an.

Les indicateurs sont également au vert pour l’iPad, qui dégage, avec 13,17 millions d’unités vendues (+ 1 %), un chiffre d’affaires de 5,682 milliards de dollars (+ 6 %).

Apple insiste sur la proportion de « nouveaux venus » dans son écosystème. Ils représenteraient 70 % des acheteurs d’iPad… et 60 % pour les Mac, où les ventes se contractent : – 5 % en volume (5,112 millions d’ordinateurs) comme en valeur (6,985 milliards de dollars).

Opération rapatriement

La dynamique est plus favorable sur le segment des services. Avec 240 millions d’abonnements au dernier pointage (+ 30 millions en un trimestre), le C.A. frôle les 8,5 milliards de dollars (+ 18 %). Apple souligne la contribution de l’App Store, sur lequel les dépenses ont atteint 1,2 milliard de dollars entre la veille de Noël et le Jour de l’An.

La plus forte progression en termes de revenus est à mettre à l’actif des « autres » produits : + 36 %, à 5,489 milliards de dollars, pour ce segment qui englobe l’Apple TV, l’Apple Watch, l’iPod touch, la gamme Beats et les ventes d’accessoires, y compris tiers.

Le C.A. consolidé du groupe s’établit à 88,293 milliards de dollars (+ 13 %), pour un résultat net après impôts à 20,065 milliards de dollars (+ 12 %).

Au contraire de Facebook, Microsoft ou encore Google, Apple n’a pas encore répercuté, dans son bilan, les mesures fiscales de l’administration Trump.

Cette dernière a donné aux multinationales la possibilité de rapatrier aux États-Unis les fonds qu’elles détiennent à l’étranger, en contrepartie d’un taux d’imposition abaissé.

Apple compte activer le levier et prévoit une charge globale de 38 milliards de dollars.

Sur les 285,1 milliards de dollars de fonds propres aujourd’hui inscrits à son bilan, 94 % se trouvent des frontières américaines. Sa trésorerie nette s’élève à 163 milliards de dollars.

Crédit photo : afagen via Visualhunt.com / CC BY-NC-SA


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur