Apple injecte 1 milliard de dollars dans le concurrent chinois d’Uber

Poste de travail
apple-didi-kuaidi
3 6

Apple est l’invité-surprise du tour de table que négocie actuellement Didi Chuxing, concurrent numéro un d’Uber en Chine.

Quel meilleur moyen pour Apple de réaffirmer son engagement sur le marché chinois que d’investir un milliard de dollars dans Didi Chuxing ?

La firme de Cupertino est l’invitée-surprise du tour de table que le principal concurrent d’Uber négocie actuellement.

Le financement obtenu dans ce cadre pourrait avoisiner les 3 milliards de dollars, sur la base d’une valorisation à 26 milliards, d’après Bloomberg, qui cite des sources dites « proches du dossier ».

Apple rejoindra, au capital de l’ex-Didi Kuaidi, des actionnaires de poids tels Alibaba, Tencent et le fonds souverain China Investment Corporation.

Son investissement record est à la hauteur des ambitions nourries en Chine, où les relations avec les autorités sont relativement favorables, malgré le récent blocage d’iTunes Movies et d’iBooks.

Fille du fondateur de Lenovo et présidente de Didi Chuxing depuis février 2015, Jean Liu aurait rencontré Tim Cook en Californie le 20 avril dernier pour discuter de cette levée de fonds, à en croire Reuters.

Elle se contente aujourd’hui d’évoquer les « apports mutuels bénéfiques » que le partenariat apportera en matière de produits et de technologies.

Son homologue n’est pas beaucoup plus évasif. Il avance des « raisons stratégiques », notamment la « possibilité de mieux comprendre certains segments du marché chinois ».

Objectifs croisés

Doit-on y entrevoir une éventuelle collaboration sur le front de la voiture autonome, à l’heure où l’iPhone, principal levier de croissance d’Apple dans le pays, montre des signes de faiblesse ? Ou s’agit-il de surfer sur la tendance de l’économie collaborative pour mettre en avant des services tels qu’Apple Pay (paiement mobile) ?

Cette option est réaliste au regard de la taille critique de Didi Chuxing, qui revendique 87 % de part de marché, avec 11 millions de courses par jour dans 400 villes, pour 13 millions de chauffeurs et 300 millions d’utilisateurs (voir ici pour d’autres chiffres).

La firme chinoise pourrait aussi s’appuyer sur Apple pour développer son offre à l’international. Elle a déjà esquissé cette piste par le biais d’un partenariat aux multiples facettes avec l’Américain Lyft.

L’application Lyft, à l’origine utilisable uniquement aux États-Unis, s’est ouverte à la Chine, pour réserver des VTC via Didi Chuxing. Et vice versa, les passagers payant dans tous les cas avec leur devise habituelle.

Cette alliance comporte aussi un volet financier : Didi Chuxing a injecté 100 millions de dollars dans Lyft lors de son dernier tour de table, bouclé à l’été 2015.

En toile de fond, la pression mise par Uber, qui multiplie également les levées de fonds, les baisses de tarifs pour les clients et les hausses de rémunération pour les chauffeurs – confer notre article « Uber vs Didi Kuaidi : un ‘combat à mort’ en Chine ? ».

Crédit photo (ville de Shanghai) : fuyu liu – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur