Apple Maps : halte en France pour le mois d’août

Poste de travail
apple-maps-france
3 0

Paris et sa petite couronne seront bientôt parcourues par des véhicules qui collecteront des données photographiques destinées à améliorer Apple Maps.

De curieux véhicules équipés d’appareils photo et de radars sillonneront bientôt Paris et trois départements limitrophes (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne).

A l’instar des « Google Cars », ils auront pour mission de collecter des données cartographiques… mais pour le compte d’Apple.

La firme high-tech américaine poursuit le déploiement de sa flotte de voitures à travers le monde pour alimenter son service Apple Maps et l’agrémenter d’un mode de navigation panoramique « à la Street View ».

Les premières « Apple Cars » avaient été repérées en août 2014 à New York. On en avait ensuite aperçu dans plusieurs autres villes des États-Unis ; notamment Atlanta, Chicago, Dallas, Los Angeles, Phoenix et San Francisco.

La communication officielle n’est intervenue que très récemment. En l’occurrence début juin. Apple publiait alors un calendrier détaillé de ses prochaines excursions à travers la planète.

En tête de liste pour juillet, l’Angleterre, avec Londres et ses environs, la partie est du pays (Essex, Hertfordshire), mais aussi le sud-est (Kent Surrey) et les Midlands, autour de Birmingham. Les séances photo se poursuivent en parallèle dans une vingtaine d’États américains dont la Californie, la Floride, l’Oregon, la Pennsylvanie et le Texas.

Outre l’Irlande, déjà sillonnée actuellement dans le comté du Leinster, deux pays s’ajouteront officiellement à la liste dans quelques jours : la Suède (Malmö, Stockholm)… et donc la France.

Apple utilise des Dodge Caravan outre-Atlantique. Dans l’Hexagone, il pourrait s’agir de Mercedes Vito. Dans tous les cas, l’objectif sera non seulement d’améliorer la base de données existante (essentiellement issue de sources tierces), mais aussi de capturer des contenus à valeur ajoutée, comme des vues à 360 degrés.

Tout en précisant que les données collectées dans l’Espace économique européen sont contrôlées par sa filiale irlandaise, Apple assure que sa démarche « respecte la vie privée » de quiconque se verrait photographié. Ce grâce au floutage d’éléments comme les visages et les plaques d’immatriculation – un élément que Google avait mis en place en 2008, moins d’un an après le lancement de l’exploitation de Street View, après avoir reçu des plaintes.

Un objectif pour Apple : accélérer sa prise d’indépendance vis-à-vis de ses partenaires qui lui fournissent des données. Dans l’état actuel, les analystes estiment que le cordon ne pourra pas être coupé avant 2017.

Crédit photo : Janis Smits – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur