Apple monte en puissance sur les piles à combustible

AccessoiresMacMobilitéPortablesPoste de travail
apple-pile-combustible
4 1

Apple a mis à jour une demande de brevet portant sur des piles à combustible probablement destinées au MacBook, en complément à la batterie au lithium.

Apple se signale à nouveau sur les piles à combustible.

Après avoir présenté, fin août, un prototype de batterie à hydrogène conçu avec la firme britannique Intelligent Energy pour alimenter un iPhone pendant une semaine sans recharge, la multinationale s’intéresse aux ordinateurs portables.

Ses recherches en la matière s’illustrent dans un brevet – fichier PDF, 12 pages – déposé au mois de mars et publié ce 3 septembre.

Inscrit dans la continuité d’un premier document daté du 3 août 2010 et signé des 6 mêmes individus, le brevet en question s’intitule, en anglais dans le texte, « Fuel Cell System to Power a Portable Computing Device ». Il décrit un système de pile à combustible destiné aux « terminaux informatiques portables ».

Aucune mention n’est faite des MacBook, mais les références à la technologie MagSafe, y compris au niveau des schémas techniques, laissent supposer que c’est bien cette gamme qui sera concernée… avec à la clé une autonomie pouvant atteindre une semaine, contre quelques heures avec les accumulateurs actuels.

Outre l’hydrogène sous forme liquide ou comprimée, Apple pourrait exploiter des composés chimiques comme l’hydrure de lithium ou d’aluminium, le silicate de sodium, le borohydrure de sodium, etc.

Autant de carburants stockés dans des cartouches amovibles et associés à un agent d’oxydation afin de dégager de l’hydrogène, un ventilateur étant mis à contribution pour apporter de l’oxygène tout en refroidissant l’ensemble. Le bon fonctionnement du dispositif serait assuré grâce à plusieurs capteurs assortis d’un processeur.

L’énergie produite pourrait n’être utilisée qu’en cas d’urgence : la priorité serait en l’occurrence donnée à la batterie « traditionnelle » au lithium, tant qu’il reste de la charge.

A terme, il est probable qu’Apple combine les deux technologies dans un même produit couplé à  un « super-condensateur » pour emmagasiner le surplus d’énergie. C’est l’objectif premier de cette mise à jour de brevet. Techniquement réalisable, le projet prendra toutefois beaucoup de temps et d’investissements pour passer à la phase d’industrialisation.

Crédit photo : tormashka – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur