Apple : après la montre, la bague connectée ?

Mobilité
4 0

Apple a récemment déposé un brevet relatif à une bague connectée. Un nouveau défi après l’Apple Watch ?

Apple explore visiblement tout le champ des possibles en termes d’objets électroniques à porter sur soi.

Après l’iPhone et l’Apple Watch plus récemment, la firme de Cupertino entrevoit la possibilité de développer une « bague intelligente ».

C’est du moins ce que laisse penser le brevet déposé par Apple auprès de l’Office américain des brevets (USPTO pour United States Patent and Trademark Office).

On gardera à l’esprit que déposer un brevet ne signifie pas systématiquement qu’il sera suivi de la conception d’un produit grand public en vue d’un lancement commercial.

Mais, on retiendra qu’Apple a conscience que l’usage d’un smartphone n’est pas toujours adapté et pertinent dans certaines conditions. A contrario, un petit appareil à porter sur soi peut alors prendre le relais pour remplir ces tâches.

C’est dans ce domaine de l’électronique à porter sur soi qu’Apple a fait une première incursion avec l’Apple Watch. Jumelée en Bluetooth avec un iPhone, elle permet de réaliser de nombreuses tâches sans avoir à utiliser son terminal mobile.

La bague connectée et « intelligente » décrite dans le brevet d’Apple pourrait s’inscrire dans une même démarche.

Répondant à l’appellation « wearable ring » dans le brevet, elle a déjà été baptisée « iRing » sur Internet.

Apple la décrit en ces termes : « Un utilisateur contrôle un dispositif électronique externe via un écran tactile monté sur une bague qui intègre un processeur, un transmetteur radio et une batterie rechargeable ; l’anneau qui est porté à un doigt est contrôlé par un second doigt… ».

C’est la miniaturisation des composants électroniques qui devrait rendre possible le développement d’un produit aussi petit.

La société californienne Mota a d’ores et déjà ouvert la voie dans ce domaine avec sa bague connectée dénommée MOTA DOI SmartRing.

Dans les descriptions applicatives du brevet associé à la bague, on découvre que le nouvel accessoire connecté fera la jonction avec l’iPhone. Elle disposera également de ses propres applications accessibles via son minuscule écran tactile.

Un APN serait aussi de la partie, tout comme des capteurs biométriques permettant de mesurer les pulsations cardiaques ainsi que la température de l’utilisateur.

Comme autre interface, il y aurait aussi un microphone afin de dicter ses messages avant de les envoyer et on l’imagine aussi d’interagir avec l’assistant vocal Siri.

Alors qu’Apple a récemment dévoilé le stylet tactile Pencil pour l’iPad Pro, on découvre que cette iRing pourrait aussi détecter les mouvements de la main afin d’enregistrer numériquement les notes manuscrites.

Avec l’Apple Watch, Apple a aussi fait une incartade dans le domaine de la mode et du luxe.

Pour renforcer son positionnement « luexe & wearable technologies », Apple a recruté dans l’industrie du luxe Paul Deneve (ex-manager d’Yves Saint-Laurent, de Lanvin et de Nina Ricci), Angela Ahrendts (CEO de Burberry) et Patrick Pruniaux (en provenance de Tag Heuer, filiale suisse de LVMH spécialisée dans l’horlogerie de luxe).

L’iRing pourrait parfaitement s’inscrire dans la logique d’un produit « high tech, mode et luxe », à l’instar de Mota.

(Crédit photo @Mota)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur