Apple privé d’électricité ?

Cloud

Le 14 juin dernier, la firme de Cupertino a connu une panne de courant due à l’arrêt volontaire du distributeur régional, PG&E. La vague de chaleur que connaît la Californie en est la raison principale, mais le développement industriel fait craindre le pire.

C’est la saison des primeurs en Californie. La région est connue pour ses cultures maraîchères et fruitières, comme le pamplemousse ou le raisin. La région de la baie de San Francisco (la Bay Area), bénéficie d’un climat de type méditerranéen qui rend supportable l’hiver et formidable l’été. Actuellement, une vague de chaleur fait craindre le pire aux habitants. Car, pour la société privée Pacific Gas & Electricity, principal distributeur de courant dans la région, la production d’électricité a du mal à suivre lors de ces pics de températures. Les 5 sites de productions de la région, mettent en ligne de l’énergie d’origine principalement géothermique et thermique (utilisant du gaz).

La chute de production de ces derniers jours peut coûter cher à l’industrie de haute technologie de la baie. La Silicon Valley est en effet à deux pas, bordant l’autoroute qui la traverse, la 101. Et Cupertino, la ville qui abrite Apple, au 1, Infinite Loop, est située dans l’aire desservie par la société PG&E. L’interruption de service du 14 juin a donc obligé à une coupure de courant des installations d’Apple.

La marque à la Pomme n’est pas la seule dans ce cas. Toutes les sociétés sont concernées. Mais la possibilité que l’industrie des hautes technologies ne soit pas à l’abri d’un fonctionnement aléatoire du réseau électrique californien est particulièrement préoccupante, si elle ne prête pas à rire ! Cette mesure exceptionnelle peut avoir des conséquences sur la production et coûte de 75 à 100 millions de dollars par jour d’interruption à l’industrie locale. Déjà, certains industriels de la nouvelle économie ont prévu de faire construire leur propre site de production d’énergie. C’est le cas d’Oracle, qui considère ne pas pouvoir se permettre ce genre de dysfonctionnement.

Le problème est d’autant plus préoccupant que les prévisions de croissance de la consommation en énergie pour les prochaines années tablent sur une sensible augmentation, alors même que la mise en service de nouvelles unités de production n’est pas prévue avant 2005. A cela vient s’ajouter la sévérité de la législation californienne, Etat très porté sur la préservation de l’environnement.

Les normes de préservation de l’environnement et d’économie d’énergie que prône Apple sont d’ailleurs régulièrement primées. Outre la consommation d’énergie, qui a été encore réduite sur la dernière génération d’iMac, en évitant d’utiliser un ventilateur pour le refroidir, la firme est sensible et attentive au recyclage de l’ensemble des composants de ses machines. Cette recherche du détail va jusqu’au programme de récupération des toners d’encre des imprimantes qu’elle produisait jusque très récemment ou à l’utilisation d’emballages recyclables. Un modèle du genre, qu’il serait dommage de voir s’éteindre, faute de courant !

Pour en savoir plus:

Pacific Gas and Electricity Corp. (en anglais)Apple et l’environnement (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur