Apple reste aux portes des écoles françaises

Cloud

Du 26 au 28 juin se tenait à Atlanta le salon spécialisé de l’informatique à l’école : le NECC. La Pomme a dévoilé lundi 26 juin son plan de bataille pour se renforcer dans ce secteur où elle est leader mondial. Leader en France ? Non, Microsoft lui tient la dragée haute.

La firme de Cupertino ne ménage pas ses efforts en direction de l’enseignement et elle tient à le faire savoir. Elle a sorti le grand jeu au NECC, en montrant tous ses atouts matériels et logiciels, mais aussi en proposant des solutions spécifiques destinées aux enseignants.

Les iMac, iBook et l’Airport sont de sortie, bien entendu, mais Apple insiste aussi sur sa longue implication dans la communauté éducative. Des produits spécifiques ont ainsi été présentés :

– les iServices, sont un éventail de services de conseil, d’intégration et de formation destinés à faciliter la prise de décision dans les choix technologiques que les établissements scolaires peuvent avoir à faire.

– Le Guide de planification technologique promet aux enseignants un plan ainsi que des outils et des contenus conçus spécifiquement pour les épauler et les aider à ne se focaliser que sur l’enseignement et l’apprentissage.

– Apple a également préparé un support d’interopérabilité destiné à garantir aux enseignants le parfait fonctionnement d’un nombre de logiciels définis.

– Enfin, le multimédia s’enrichit de la ‘vidéo pour l’éducation’ avec un site iMovie, qui doit aider les enseignants à comprendre l’apport de ce type de ressource dans une salle de classe et de savoir comment l’intégrer dans un cours.

Mais Cupertino s’appuie aussi sur ses ressources déjà en ligne, comme l’Apple Online Learning Interchange (Echange d’apprentissage en ligne d’Apple), qui propose déjà des ressources permettant d’enseigner, d’apprendre, de rechercher et de collaborer. Il existe aussi une Apple Learning Suite qui soutient les éducateurs dans l’évaluation de logiciels et de modèles de projets pour les étudiants. Enfin, Apple dispose d’un programme de développement pour les professionnels du secteur qui fournit des ateliers et des cours en ligne pour les éducateurs.

En France, la position de l’Administration Centrale du Ministère de l’Education Nationale n’a pas changé depuis la mise en place dans les années 80 du plan informatique pour tous destiné à soutenir l’industrie française. “Des instructions avaient été données partout lors du plan”, nous confie une source proche du dossier. “Les consignes étaient claires et strictes. Elles le restent aujourd’hui : l’Administration prône une politique purement PC. Toutefois, il n’y a pas de réponse globale : les positions peuvent varier suivant que vous posez la question à l’Administration Centrale, aux rectorats d’Académies ou aux établissements scolaires ou universitaires. Dans les faits, les enseignants, les chercheurs ou les établissements qui veulent s’équiper en Macintosh le font de façon purement individuelle”.

Apple a été écartée du marché de l’enseignement supérieur par un contrat signé avec Microsoft en avril 1999. Tous les achats en logiciels d’exploitation se font par l’intermédiaire d’un unique prestataire de services : Corporate Software Technology. Par voie de conséquence, les machines qui font tourner ces applications ne peuvent être que des PC. Cette orientation ne s’est pas infléchie, malgré l’entretien de Steve Jobs avec Claude Allègre à l’occasion de la dernière Apple Expo. “Cette rencontre n’a rien donné. En tout cas, aucune circulaire ne fait état d’une quelconque modification de la politique d’achat”. Les nouvelles solutions d’Apple, si elles éveillent l’intérêt des professeurs, ne modifient pas la politique d’achat du Ministère. Il n’est toutefois pas rare de constater que les établissements sont équipés des deux types de matériels. Et les rivalités connues entre utilisateurs de Mac et de PC se retrouvent souvent entre professeurs et utilisateurs.

Apple est sans doute la société privée la plus en avance dans son approche de solutions destinées à l’éducation. Cet avantage, elle l’a acquis notamment au travers de l’ACOT, Apple Classroom of Tomorrow, un programme de recherche et de collaboration entre la société et un certain nombre d’établissements d’enseignement et de recherche. Ce programme est resté actif jusqu’en 1998 et a permis à Apple de comprendre quels types d’approches étaient nécessaires dans une classe. Toutefois, d’autres sociétés se sont lancées sur ce marché. C’est le cas de SAP, qui mène actuellement une démarche très active auprès des établissements de l’enseignement supérieur, en proposant son application professionnelle R/3, ne fonctionnant pas sous environnement MacOS. En France, cet effort a amené à SAP des contrats exclusifs avec 14 grandes écoles et université, dont HEC.

La succursale Européenne propose depuis cette année sur les sites de notre continent des ressources enrichies destinées à l’éducation. Un site d’achats de produits (Apple Store Education) a même été introduit en France en début d’année. Pour le moment, les pays d’Europe où les enseignants peuvent profiter du site d’achat en ligne d’Apple (avec ses tarifs spécifiques éducation) sont les suivants : Belgique, Ireland, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède.

Pour en savoir plus:

* NECC (en anglais)

* Le site Apple Education France

* Apple Classrooms of Tomorrow (en anglais)

* iMovie pour l’éducation (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur