Apple se justifie (un peu) sur le retard de l’iMac G5

Mobilité

En annonçant l’arrivée imminente d’un iMac équipé d’un processeur G5, Apple a coupé l’herbe sous le pied aux spéculations. Mais que deviendra l’eMac ?

Pour la première fois et sous l’impulsion de Steve Jobs, Apple a décidé de communiquer sur un futur produit qui n’est pas encore commercialisé. Une exception à la règle (voir encadré) qui mérite d’être souligné. Mercredi 14 juillet, Apple a confirmé l’information annoncée lors de la WWDC , le grand rendez-vous des développeurs Apple qui s’est déroulé à San Francisco entre le 28 juin et le 2 juillet  : son futur iMac avec processeur G5 ne sera dévoilé qu’en septembre.

La direction d’Apple argue d’une mauvaise gestion de son calendrier de lancement. Mercredi dernier, pour son baptême du feu devant les analystes à l’occasion du résultat du deuxième trimestre d’Apple, Peter Oppenheimer, le tout nouveau directeur financier de la firme, a dû répondre à une salve de questions sur les raisons de ce retard d’allumage. L’annonce est très attendue car le nouveau produit est censés remplacer l’iMac G4 à écran plat. Peter Oppenheimer a fait de son mieux pour donner quelques précisions en restant évasif sur les grands contours techniques de la machine. Tout au plus sait-on que la principale contrainte à laquelle Apple a dû faire face concerne les faibles quantités de processeurs qu’IBM est susceptible de lui fournir.

Une telle information n’a pas manqué de susciter l’intérêt des observateurs du monde Mac. Le retard du G5 susceptible d’équiper l’iMac signifie que celui-ci sera doté de la version gravée à 90 nm (nanomètre) qui équipe déjà les Xserve G5 (voir édition du 24 mars 2004) ainsi que les PowerMac G5 tournant à 2,5 GHz (voir édition du 9 juin 2004). Ces machines dernière génération viennent seulement d’être livrées à leurs premiers acheteurs. Quant à la puissance de ces puces, on peut émettre quelques hypothèses  : sans doute seront-elles cadencées entre 1,4 et 1,8 ou 2 GHz, afin de ne pas cannibaliser les ventes de PowerMac.

Reste aussi la question de la conception et du design :, celle-ci devrait différer sensiblement de l’actuelle forme en “Tournesol”. Apple Insider croit savoir que l’iMac G5 ressemblera à la nouvelle ligne d’écrans de la firme. Le prix d’acquisition sera également stratégique. Un prix supérieur à l’actuel iMac G4 risque d’avoir un effet nuisible sur le volume de ventes.

Autre point d’interrogation : le lancement de l’iMac G5 concerne l’eMac (voir édition du 7 mai 2003). La machine fait actuellement l’objet d’une promotion en France auprès des revendeurs. Sera-t-elle gardée pour préserver l’offre éducation d’Apple (voir édition du 14 février 2003) ? Ou ce modèle d’entrée de gamme va-t-il lui aussi être remanié pour permettre une accession large aux Macintosh ? Et si oui, Apple aura-t-elle la bonne idée de proposer une machine évolutive : une minitour à faible prix, avec option d’achat sans écran ? Quitte à ce que celle-ci soit dotée d’un G4. Sur ces points-là, il faudra certainement attendre la communication officielle d’Apple en septembre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur