Apple surfe sur la Bourse

Cloud

Apple dépasse les prévisions boursières les plus folles en franchissant la barre des 70 dollars, grâce à la sortie du nouveau bolide Power Mac G4. En patron comblé, Steve Jobs se félicite de la bonne santé de sa société et ne manque pas de souligner l’importance d’un marché à ne pas laisser aux autres : l’Internet.

Moribond en 1997, Apple est devenu la coqueluche de la Bourse en 1999. Le cours de son action est en effet largement passé au dessus des 70 dollars pour atteindre désormais 73,5 dollars. Il n’y a pas si longtemps, les prévisions les plus optimistes avançaient que le titre pourrait dépasser les 75 dollars d’ici la fin de l’année. Apple semble donc bien parti pour dépasser à nouveau les attentes des analystes, comme cela fut le cas lors de la publication des résultats trimestriels de la société cet été (voir édition du 15 juillet 1999).

L’une des raisons expliquant le succès en Bourse d’Apple est bien sûr la sortie du Power Mac à processeur G4 (voir édition du 1er septembre 1999), dont les performances supérieures à celles du Pentium III ont déjà fait les titres de plusieurs journaux de la presse internationale. Cela dit, à l’occasion du salon Seybold à San Francisco, le patron d’Apple Steve Jobs a donné plusieurs autres clés du succès. Selon le Pdg par intérim, la firme a accumulé sept trimestres consécutifs se soldant par des bénéfices. Expliquant que l’état d’inventaire est un bon indicateur de la gestion de l’entreprise et de la demande de la clientèle, Steve Jobs a indiqué : “Lors du trimestre dernier, nous avons terminé avec moins d’un jour d’inventaire ?15 heures. Et c’est vraiment remarquable, surtout si vous jetez un oeil sur nos concurrents. Compaq a fini avec 28 jours et Gateway et Dell, les deux acteurs de la vente directe, ont terminé avec 9 et 6 jours. En fait, nous avons battu Dell durant les quatre derniers trimestres”.

A vrai dire, les volumes de ventes ont dépassé les espoirs nés avec la sortie de l’iMac il y a maintenant un an (voir édition du 17 août 1999). “Nous avons vendu deux millions d’iMac durant l’année, et en Amérique du Nord 90% des propriétaires d’un iMac sont sur Internet. Ils l’utilisent clairement comme leur premier outil d’accès pour l’Internet, et un tiers de ces acheteurs ont acheté là leur première machine”, se réjouit Steve Jobs. Bref, le Web porte les ventes du Mac et devient un allié de poids. La preuve ? Apple a doté Mac OS 9 de nouvelles fonctions dédiées au Net. Ainsi, AppleShare devrait dorénavant permettre de faire communiquer plusieurs ordinateurs via Internet aussi facilement qu’en réseau local (voir édition du 3 septembre 1999). Présenté la première fois durant le salon Macworld cet été, l’outil de recherche Sherlock 2 s’est lui aussi doté de nouvelles fonctions facilitant la course aux marchandises à moindre prix sur la Toile. Seulement voilà : il ne suffit pas de suivre l’Internet, il faut aussi innover sur ce marché en pleine explosion. Résultat : voyez l’Airport. Bien qu’existant déjà dans le monde PC, un kit sans fil devient pour la première fois le fer de lance d’un grand constructeur. Qui a dit précurseur ?

Pour en savoir plus : http://www.apple.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur