Apple veut des Mac “made in USA”

MacPoste de travailRégulations
tim-cook-apple-pomme

A l’horizon 2013, Apple va relocaliser aux Etats-Unis une partie de sa production. “La marque à la Pomme” veut gagner indépendance vis-à-vis de ses sous-traitants.

Apple veut reprendre la main sur ses produits.

Pour gagner en indépendance vis-à-vis de ses sous-traitants, “la marque à la Pomme” va relocaliser, à l’horizon 2013, une partie de sa production aux Etats-Unis, dans l’État de Californie.

Dans un premier temps, seule une ligne de terminaux sera estampillée “made in the USA”. L’investissement initial (100 millions de dollars), reste en effet modéré pour une société valorisée à plus de 515 milliards de dollars.

Le P-DG Tim Cook, qui s’est longuement confié à Bloomberg BusinessWeek, a laissé suggérer l’implication d’un co-investisseur. “Nous ne ferons pas tout nous-mêmes, mais nous apporterons notre pierre à l’édifice“, a déclaré le dirigeant.

Apple processeurs écrans USAEt d’ajouter : “Les démarches ont pris du temps. Nous voulions aller au-delà du simple assemblage de produits […] pour monter quelque chose de plus approfondi“.

Un tel patriotisme économique s’oppose à la politique de la maison, qui possède une forte tradition de sous-traitance.

Notamment en Asie et en Amérique latine, avec en première ligne Samsung (processeurs, batteries), LG (écrans) et Foxconn (groupe Hon Hai).

Mais cette externalisation a montré ses limites avec l’augmentation de la demande. Parmi les nombreux partenaires sollicités, atteignent leur cadence maximale de production.

Foxconn a récemment hissé le drapeau blanc sur le dossier iPhone 5, croulant sous des exigences annuelles de 57 millions d’exemplaires. Le Taïwanais avait évoqué la complexité du processus d’assemblage et laissé planer sur Apple le spectre d’une possible pénurie.

Pour Apple, relocaliser ainsi la production, c’est s’affranchir de ces contraintes, mais aussi de coûts logistiques en hausse, fonction du renchérissement du prix de l’énergie.

Cette réflexion devient un dénominateur commun à de nombreux industriels américains, qui multiplient les réimplantations en leur pays.

Tim Cook rappelle toutefois la nécessité de maintenir une logique d’économie globale, alors que “plus de 60% des ventes d’Apple sont réalisées hors des Etats-Unis“.Apple économie emploi Etats-Unis

Il rappelle toutefois que “les processeurs sont déjà fabriqués au Texas […] et le verre protecteur des écrans, dans le Kentucky“.

Le successeur de Steve Jobs estime contribuer à la création d’emplois aux Etats-Unis. “Presque toute notre R&D est basée en Californie, nous construisons un campus à Austin (Texas) et nous allons mettre sur pied un complexe de plusieurs milliards de dollars.

Les marchés ont fraîchement accueilli cette annonce, avec une action Apple qui a perdu 6% de sa valeur dans la journée de jeudi à New York.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur