APU Trinity : AMD mène l’offensive sur les PC de bureau

ComposantsMobilitéPoste de travail
AMD APU Trinity desktop

Sur le segment des PC de bureau, AMD mène l’offensive contre l’Intel Core i3 avec 6 processeurs hybrides (APU) abordables et dotés de solutions graphiques performantes.

La filiation s’organise chez AMD, dont le catalogue s’enrichit de 6 processeurs hybrides pour PC de bureau.

Ces dénommés APU (pour “Accelerated Processing Units”) combinent la partie calcul et la solution graphique, sur le principe du SoC (System-on-a-Chip).

A la génération des Llano, qui a récemment soufflé sa première bougie, succède la lignée des Trinity, déjà dévoilés pour partie fin septembre, avec leur gravure en 32 nm, mais sans positionnement tarifaire.

Le tir est corrigé, avec en entrée de gamme l’A4-5300, un bicoeur à 3,4 GHz (3,6 GHz en mode Turbo) doté de 1 Mo de cache de second niveau, pour un prix fixé à 53 dollars.

C’est plutôt abordable, d’autant plus qu’il s’y additionne une solution graphique Radeon HD 7000 à 724 Mhz et 128 shaders, compatible DirectX 11. Le tout pour une enveloppe thermique (TDP) de 65 W.

AMD monte en grade avec l’A6-5400K -67 dollars), un autre bicoeur dont la fréquence est relevée à 3,6/3,8 GHz, toujours avec 1 Mo de cache L2 et un circuit graphique à 760 MHz, pour 192 shaders et un TDP identique.

Au-delà, le fossé se creuse, à 101 dollars pour la série A8, qui comprend l’A8-5500 et l’A8-5600K, des quadricoeurs à 4 Mo de cache L2, respectivement cadencés à 3,2/3,7 GHz et 3,6/3,9 GHz, pour des TDP de 65 et 100 W.

Au sommet de la hiérarchie, les A10-5700 (3,4/4 GHz) et A10-5800K (3,8/4,2 GHz) restent compétitifs, à 122 dollars pour un GPU à 800 MHz et 384 shaders, plus performant, tout du moins sur le papier, que l’Intel HD Graphics 4000, introduit au printemps avec l’Ivy Bridge.

A la lumière de cet avantage, AMD oppose directement son armada aux Core i3 desktop de son rival de Santa Clara.

L’offensive vise plus précisément l’i3-3240, gravé en 22 nm, doté d’un GPU Intel GMA 2500 à 650 MHz, et auquel la technologie HyperThreading confère 4 coeurs logiques à 3,4 GHz.

Également dans les cordes, l’i3-3225, à 3,3 GHz, qui intègre quant à lui une puce HD Graphics 4000.

Si Intel conserve l’avantage en matière d’efficience énergétique (55 W de TDP pour l’i3-3225 et sa version allégée i3-3220), AMD recentre le débat sur la qualité du rendu graphique.

Outre des capacités avancées d’overclocking du GPU, l’adoption d’une architecture Cayman basée sur la famille Radeon HD 6900 fluidifierait la restitution de séquences animées, notamment des jeux vidéo à 30 images par seconde, en Full HD.

Crédit image : kriangkrai wangjai – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur