Archos en perte de vitesse sur les tablettes tactiles

MobilitéRégulationsTablettes
Archos tablette low cost Android Henri Crohas

La concurrence féroce sur le front des tablettes tactiles affaiblit le fabricant high-tech français Archos, dont l’activité s’est essoufflée sur le 3ème trimestre.

Les démons ressurgissent pour Archos, auteur d’un troisième trimestre morose, avec une activité en fort recul sur son segment de prédilection : les tablettes tactiles.

Le groupe high-tech français avait débuté l’année 2012 sous de tout autres auspices, après un exercice 2011 conclu sur la pente ascendante, avec notamment 25% du marché européen (3e place derrière Apple et Samsung) sur le créneau des tablettes Android à moins de 400 euros.

Au pointage de janvier dernier, cette proportion s’élevait à 16% au niveau mondial, notamment grâce à la gamme low cost Arnova.

A la lumière de cette dynamique, le Président et fondateur Henri Crohas s’était attaché à faire oublier les échecs répétés sur le front des baladeurs multimédias, pour accoucher d’une synthèse : “Le groupe va bien.

Cette santé financière se matérialisait tout particulièrement à travers un chiffre d’affaires en forte progression sur un an : +106%, à 171 millions d’euros, pour une marge brute à 32,9 millions (19,4 millions en 2010) et un résultat opérationnel à 8,6 millions (14,2% du CA).

La conjoncture a évolué depuis et la situation s’est corsée.

Sur le trimestre écoulé, le chiffre d’affaires est en retrait, à 30,9 millions d’euros, soit -10% sur un an.

La bonne tenue du marché asiatique ne compense pas des revenus en chute de 36% aux Etats-Unis.

Si l’Amazon Kindle Fire ne constituait encore, au printemps, “qu’une exception sur le segment du low cost” pour Henri Crohas, le P-DG reconnaît aujourd’hui que la guerre des prix a stimulé les initiatives des fabricants.

Dans le sillage du Nouvel iPad, l’offre de tablettes à bas prix s’est enrichie. Google s’y est mis avec la Nexus 7 et Amazon a décliné sa Kindle Fire. Apple est pressenti pour suivre le mouvement avec l’iPad Mini.

Ce n’est pas tant l’offre matérielle qui fait défaut à Archos, mais plutôt les contenus.

Amazon, Apple et Google, qui disposent tous trois d’une plate-forme dédiée, peuvent subventionner leurs produits et compter sur des revenus générés a posteriori, par la vente d’applications, de films, de musique ou de livres numériques.

A contrario, Archos ne peut compter que sur les bénéfices liés aux ventes en dur, une stratégie dont les premières limites se font ressentir : fin septembre, le groupe ne détient plus que 13% du marché mondial des tablettes à moins de 400 euros.

Il n’est toutefois pas encore question de supprimer des postes. Les fêtes de fin d’année seront l’occasion de juger du potentiel de deux nouveautés u catalogue : la tablette 101XS et son clavier magnétique, mais aussi la console portable Android dénommée GamePad.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur