ARM et Geode, des puces dédiées aux appareils nomades

Mobilité

Intel, AMD, IBM, ARM, Rambus, VIA, NEC, Hitachi… Tous les acteurs majeurs de l’industrie du processeur s’étaient donné rendez-vous au Microprocessor Forum à San Jose (en Californie), qui se termine après trois jours de conférences et de rencontres. ARM et National Semiconductor ont annoncé deux processeurs destinés aux appareils nomades.

Améliorer les capacités de traitement audio et vidéo tout en réduisant la consommation électrique, telles sont les promesses faites à l’occasion du Microprocessor Forum par John Rayfield, directeur de recherche de la société britannique ARM venu présenter la 6e génération de l’architecture des processeurs maison. Basée à Cambridge, ARM ne fabrique pas directement ses puces. La société se contente de les dessiner, en collaboration avec Intel, Motorola et Texas Instruments, et de commercialiser les licences. L’un de ses clients, Intel, exploite la technologie ARM à travers les processeurs StrongARM qui équipent la totalité des PDA sous Pocket PC 2002 comme l’iPaq de Compaq, le Jornada de HP ou le Cassiopeia de Casio parmi de nombreux autres (voir édition du 5 octobre 2001).

L’objectif de cette v6 est de maintenir la compatibilité avec les versions précédentes : une architecture RISC en 16/32 bits. L’ARMv6 y ajoutera les instructions SIMD (single instruction, multiple data) déjà exploitées dans les processeurs d’Intel et d’AMD. Cette adjonction permettrait à elle seule de multiplier par quatre les capacités de traitement de la puce embarquée, notamment dans le traitement des images animées. Une mémoire de niveau 1 (L1) enrichie, une amélioration de la synchronisation des données et un système de mémoire partagée destinée à la gestion multiprocesseur constitueront les principales nouveautés de cette v6. Globalement, la nouvelle architecture devrait accroître les performances de la puce de 30 % par rapport à la version précédente. Cette sixième génération ne devrait cependant pas être disponible avant la mi-2002.

Geode : un processeur tout-en-un

De son côté, National Semiconductor Corp. (NSC) a présenté la deuxième génération de ses processeurs Geode. Comme le GX1, qui équipe notamment la LogBoard d’ELSA (voir édition du 18 octobre 2001), le GX2 est construit autour d’une architecture x86 32 bits qui lui permet d’exploiter aussi bien Windows que Linux. Cette nouvelle version ajoute à la précédente les instructions MMX d’Intel et 3DNow! d’AMD tout en se dotant d’un contrôleur vidéo capable de traiter un format d’écran de 1 600 x 1 200 pixels en 16 bits couleur ou 1 280 x 1 024 en 24 bits couleur, ainsi qu’un contrôleur mémoire DDR-SDRam 266. Son interface de communication peut supporter une bande passante de 6 Go/s. Gravé en 0,15 micron, le GX2 est cadencé entre 200 et 400 MHz. Sa faible consommation (entre 1 et 3 watts selon les applications) le destine particulièrement aux appareils nomades en tous genres comme les terminaux d’accès Internet et autre webpads, ainsi qu’aux décodeurs numériques (set-top boxes). Le GX2 sera disponible dès le premier trimestre 2002 à 50 dollars l’unité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur