Arnaud Montebourg : un lien entre Free Mobile qui rit et Alcatel-Lucent qui pleure

Le ministre du Redressement productif veut « remettre de l’ordre » dans le « capharnaüm » laissé dans le secteur des télécoms par l’ancien gouvernement Fillon.

Arnaud Montebourg Dailymotion Yahoo

Arnaud Montebourg n’a pas perdu son mordant vis-à-vis de Free Mobile.

Le ministre du Redressement productif suggère même un lien entre l’arrivée du quatrième opérateur mobile et les difficultés rencontrées par l’équipementier télécoms.

Dans la cadre d’une interview réalisée par L’Usine Nouvelle, il déclare que « la course au low-cost avec l’arrivée de Free a eu des conséquences sur les opérateurs, sur la sous-traitance, sur les fournisseurs. »

Le cas d’Alcatel-Lucent est jugé préoccupant. L’équipementier télécoms franco-américain va supprimer 1430 emplois en France, soit plus de 15% des effectifs. Au total, 5490 postes dans le monde vont disparaître en 2013.

Arnaud Montebourg, qui n’hésite pas à « mouiller sa chemise en marinière » pour défendre une « marque France », poursuit dans la même interview : « La situation d’Alcatel s’est aggravée : – 40 % en un an en France. On ne peut le nier. Dans la téléphonie, nos prédécesseurs [l'ancienne équipe gouvernementale Fillon sous la Présidence Sarkozy, NDLR] nous ont laissé un capharnaüm. Nous commençons à y remettre de l’ordre. »

Le ministre du Redressement productif reste perplexe sur le fait de « casser les prix » dans la téléphonie mobile.

« Cela peut sembler de bonne guerre, mais cela a eu pour conséquence deux plans sociaux annoncés, chez SFR et Bouygues, des destructions d’emplois dans la sous-traitance, la précarisation des travailleurs chez Free, les délocalisations accélérées dans les centres d’appels, l’aggravation des difficultés d’Alcatel. »

Mi-octobre, Xavier Niel s’était aussi exprimé sur les prises de positions du gouvernement Ayrault dans le secteur des télécoms.

Et son action laissait le dirigeant d’Iliad-Free pantois : « Deux de nos concurrents annoncent des plans sociaux [SFR et Bouygues Telecom]. Moi, ce que j’aperçois, c’est que l’on a employé 2000 personnes en 18 mois [pour lancer Free Mobile], j’ai l’impression que, pour être entendu et soutenu par ce gouvernement, il faut licencier…J’ai l’impression qu’on n’est pas à la mode chez Free malheureusement. »

Au dernier pointage à la fin du premier semestre 2012 , Free Mobile a séduit 3,6 millions de clients.

Photo illustration : Arnaud Montebourg, conférence de presse BPI (octobre 2012)

Rédacteur en chef ITespresso.fr Lire mes autres articles

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



4 replies to Arnaud Montebourg : un lien entre Free Mobile qui rit et Alcatel-Lucent qui pleure
  • Le 12 novembre 2012 à 17:59 par mf

    Montebourg cherche quelquechose à dire plûtot qu’à faire, c’est facile de critiquer Free, de critiquer l’ancien gouvernement, en attendant aucune proposition concrète…
    Notre gouvernement, c’est du vent, quand on est aux commandes,la réalité fait peine à voir mais oui le secteur des télécoms est soumis à la concurrence, c’est la loi de l’offre et la demande qui régit le marché et oui Free est mieux et moins cher, monsieur Montebourg. En tant que client, vous feriez quoi ? A part taxer ce qui est taxable c’est à dire des broutilles et taper sur les entreprises qui marchent, la taxe sur l’huile palme laissez-moi rire…c’est avec ça que l’économie française va se remettre en route, c’est bien sûr.

  • Le 12 novembre 2012 à 20:09 par Minish

    Lorsqu’on twitte depuis son iPhone, on se tait ou on montre l’exemple.

  • Le 13 novembre 2012 à 9:00 par Philg

    Il faut que Mr Montebourg revoie ses dossiers, c’est exactement l’inverse.
    Sur La Tribune on pouvait lire :
    Selon nos informations, l’opérateur de téléphonie mobile du groupe Iliad a retenu Nokia Siemens Networks (NSN) et Alcatel-Lucent pour la fourniture des équipements de son réseau.
    NSN a confirmé avoir été sélectionné par Iliad. Il devrait fournir le coeur du réseau, qui représente traditionnellement la partie la plus importante en termes de valeur. Alcatel-Lucent fournirait une autre partie du réseau. Le montant total du contrat est estimé à un peu plus de 200 millions d’euros.
    Ce contrat a fait l’objet d’une intense bataille entre les différents équipementiers en télécoms, certains d’entre eux redoutant que le chinois Huawei, qui fournit déjà des équipements optiques à Free, profite de ce marché pour entrer en France.Or, Huawei a été retenu en fin d’année dernière par SFR et Bouygues Telecom. Ce qui a poussé ses concurrents, dont Nokia Siemens, à batailler ferme pour ne pas laisser passer l’affaire.

  • Le 15 novembre 2012 à 1:41 par Dub

    Pendant des années les 3 opérateurs « historiques » se sont entendus sur les tarifs des portables pour nous faire casquer un max, alors forcément robin des bois (free) derange un peu quand il débarque !!
    Les plans sociaux chez sfr et bouygues sont bien entendu regrettables. Accuser Free est juste trop facile, c’est surtout un excelle prétexte pour dégraisser et conserver les sacro-saintes marges et bénéfices pour le plus grand bonheur de qq actionnaires…

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

08:13:17