Arrêt du support Itanium : Oracle refuse de payer HPE

CloudJuridiqueRégulations
itanium-HPE-vs-oracle
3 0

Oracle devrait payer 3 milliards de dollars à Hewlett-Packard Enterprise pour avoir stoppé net le support de la plateforme logicielle Itanium mais il fait appel.

Fin juin, le jury d’un tribunal en Californie a exigé qu’Oracle verse 3 milliards de dollars à Hewlett-Packard Enterprise (HPE) dans l’affaire de la fin du support des processeurs Itanium. Inacceptable pour la firme défenderesse. Oracle va faire appel. Le procès aura duré un mois.

Une longue affaire qui avait éclaté en 2011. La firme de Redwood Shores, alors dirigée par le co-fondateur Larry Ellison, interrompt brutalement le support de ses produits, dont les bases de données, pour les serveurs critiques HP fonctionnant avec des puces Itanium élaborées avec Intel.

La décision a été prise alors qu’Intel esquissait la fin d’Itanium. Mais cette rupture brutale d’Oracle a fortement déplu à HP (le groupe avant la cission des activités), considérant qu’il s’agissait d’une rupture abusive du contrat de maintenance et de développement de cette plateforme.

Dans la première partie du procès engagé en 2012, la Cour Supérieure de Santa Clara avait imposé à Oracle de reprendre ses développements sur Itanium pour respecter les termes du contrat signé avec HP. Le deuxième procès, qui vient de se clore, a permis de fixer le montant des dommages et intérêts à 3 milliards de dollars.

Oracle est au cœur d’un autre procès encore plus impliquant : le procès qui l’oppose Google à propos de l’exploitation de la propriété intellectuelle de Java dans l’OS mobile Android. Oracle exige des dommages et intérêts d’un montant de 8,8 milliards de dollars pour le préjudice subi. Mais la dernière manche devant la justice a tourné en sa défaveur fin mai.

(Crédit photo : Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur