‘Arrêt sur images’ revient… sur le Web

Mobilité
0 0

Licencié de France 5 en juin, Daniel Schneidermann relance aujourd’hui son
émission sur les médias sur le Web. Avec l’aide de Gandi.

« @rrêt sur images « . Telle est la nouvelle orthographe d’« Arrêt sur images ». Comme son nouveau nom l’indique, l’émission sur les médias est en passe de faire un come-back sur le Net, après sa suspension controversée sur France 5 en juin.

Pour financer la reconstruction de son programme, Daniel Schneidermann a lancé jeudi un appel aux dons sur le Big Bang Blog, un wiki qu’il a créé en 2005. Objectif : lancer une version définitive du site le 7 janvier 2008.

Trois formules sont proposées pour l’accès au site : un abonnement d’un an (pour 30 euros), un « abonnement d’essai » sur trois mois (pour 10 euros) et une option gratuite pour les étudiants et les personnes en situation de précarité.

Site développé et hébergé par Gandi

La première version du site a été développée avec le soutien de Gandi, le bureau français d’enregistrement de noms de domaines Internet. Racheté par Stephan Ramoin en août 2005, ce « registrar » n’en est pas à son coup d’essai dans ce qu’il définit comme le « capital éthique ». Avant l’arrivée de Stephan Ramoin, ses deux cofondateurs – Valentin Lacambre et Laurent Chemla ? avaient déjà financé en 2002 la relance – en ligne elle aussi – du magazine d’information sur les nouvelles technologies Transfert.net*.

Une porte-parole de Gandi nous explique que le nouveau site ASI sera hébergé par Gandi, tout en concédant au passage que sa société prépare une offre d’hébergement pour la fin de l’année.

« Ils ne veulent plus d’Arrêt sur images »

En l’état, @rrêt sur images offre déjà un accès à un certain nombre de vidéos sur neuf de ses détracteurs supposés (dont Nicolas Sarkozy, Thierry Ardisson, Michel Drucker et Jean-Marc Morandini). Les vidéos et les articles sont organisés sous une bannière intitulée « Ils ne veulent plus d’Arrêt sur images ».

L’équipe ne mâche pas ses mots non plus sur les raisons qui ont motivé sa suspension sur France 5 : « Si Arrêt sur images a finalement été chassé de la télé, c’est parce que l’émission énervait depuis des années les stars et les patrons de l’audiovisuel (et peut-être quelques autres) », peut-on lire sur la page d’accueil.

Il reste aujourd’hui au nouvel @rrêt sur images à convaincre les internautes. Le début semble prometteur puisque 3000 abonnements auraient été souscrits en une après-midi, selon Daniel Schneidermann.

* En butte à des difficultés financières, ce site a finalement été interrompu en 2003.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur