AshleyMadison.com : le « roi de l’infidélité » poussé vers la sortie

LicenciementsManagementRisquesSécurité
noel-biderman-demission-avid-life-media
2 0

Avid Life Media (maison-mère du site AshleyMadison.com) annonce la démission du CEO Noël Biderman au regard du désastre après le piratage.

Noël Biderman, CEO du groupe Avid Life Media (éditeur d’AshleyMadison.com), paie la mauvaise gestion de l’affaire du vol massif de données personnelles des membres du site de rencontres extra-conjugales (30 millions d’internautes concernés).

Le dirigeant s’est retrouvé au cœur de la tourmente depuis que l’affaire du piratage a éclaté fin juillet vient de donner sa démission.

C’est lui qui avait créé AshleyMadison.com en 2002 puis revendu cinq ans plus tard son site de rencontres sulfureuses au groupe canadien Avid Life Media. Il cumulait depuis les fonctions de CEO et Président.

Dans un communiqué ALM daté d’aujourd’hui, il est précisé que Noël Biderman quitte la société « ‘d’un commun accord ». Aucun successeur n’a été désigné. C’est l’équipe des top managers qui prend la main sur les opérations de la société.

« Nous ajustons nos activités en fonction de l’attaque criminelle qui a affecté nos activités et la vie privée de nos membres. » Business as usual ? « Nous allons continuer à fournir un accès à nos plateformes uniques pour nos membres dans le monde », Avid Life Media.

Difficile de savoir si ALM se remettra de ce scandale à plusieurs tiroirs : vol massif puis propagation sauvage sur le Net des données persos des membres aspirées via les serveurs du site AshleyMadison.com, divulgation de correspondance électronique entre managers, enquêtes sur des suicides présumés de membres « pris la main dans le sac », lancement d’actions collectives…

Le groupe pirate Impact Team à l’origine de l’assaut à fait beaucoup de dégâts en termes de business, tout en faisant volet en éclat l’image du service Internet prônant l’adultère.

Celui-ci était visiblement davantage fréquenté par la gente masculine alors que l’activité des membres au féminin était vraiment réduite à portion congrue, selon une enquête de Gizmodo.com.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur