Atari voit émerger un repreneur

Régulations
Atari faillite redressement Chapter 11

Seul prêteur et actionnaire principal d’Atari à hauteur de 29% du capital, BlueBay va céder l’intégralité de ses participations à deux repreneurs : la holding Ker Ventures et le fonds d’investissement Alden Global Capital.

Seul prêteur et actionnaire principal d’Atari à hauteur de 29% du capital, BlueBay va céder l’intégralité de ses participations à un couple d’investisseurs.

Effectif en date du 5 février, ce désengagement entraîne un remaniement du top management et l’annulation de la demande d’ouverture d’une procédure de sauvegarde en France, pour Atari SA ainsi qu’Atari Europe SAS.

En première ligne, la holding Ker Ventures, contrôlée par Frédéric Chesnais (ancien Directeur général d’Atari Interactive), récupère 7 451 122 action ordinaires, soit 25,23% des parts.

Elle s’est engagée à apporter, à court terme, un financement de 250 000 euros, en contrepartie à l’accès à 291 600 Nouvelles ORANEs émises en 2009, qui lui donnent potentiellement accès à 5 528 736 actions supplémentaires.

Aux côtés de Ker Ventures, le fonds d’investissement Alden Global Capital s’arroge 3,95% du capital (44,2% en dilué avec les ORANEs 2009/2010).

Il endossera également les 21 millions d’euros dus au titre de la ligne de crédit (qui arrive à maturité le 31 mars prochain) et s’engagera dans le rachat de cette facilité, en échange d’un intérêt bénéficiaire minoritaire.

Dans cette lignée, le paiement du dividende dû au titre des Nouvelles ORANEs 2009 est différé à la plus proche des deux échéances retenues : soit le 30 septembre 2013, soit 30 jours après la fin des procédures aux Etats-Unis, après le redressement escompté d’Atari.

Pour mémoire, les filiales américaines Atari Inc., Atari Interactive, Humongous et California US Holdings sont placées depuis le 21 janvier sous la coupe du “Chapitre 11”, loi régissant les faillites outre-Atlantique.

Ces entités, qui nourrissent des velléités d’indépendance vis-à-vis de leur holding française (cotée sur le compartiment C de Nyse Euronext Paris), pourront s’appuyer sur une enveloppe de 5 millions de dollars émanant du fonds Alden.

Soutien approuvé en date du 25 janvier pour le fonds d’investissement, qui souligne que son rôle ne dépassera pas celui d’un partenaire financier, de surcroît sans lien avec Ker Ventures.

Ainsi, il n’est pas question d’une implication dans les hautes sphères, notamment au Conseil d’administration, où se trame actuellement une valse des dirigeants.

Investi Directeur général et administrateur d’Atari SA en réponse au désengagement de BlueBay, Jim Wilson est officiellement démissionnaire. Il est néanmoins reconduit dans ses fonctions de Directeur général d’Atari Inc., poste qu’il occupe depuis 2008.

Les nouveaux administrateurs se nomment Erik Euvrard (membre indépendant) et Frédéric Chesnais. Ce dernier devient également Directeur général d’Atari SA et président du Conseil d’administration.

En dépit de cet apport et des perspectives afférentes, Atari reconnaît rester “dans une position difficile“. Et d’ajouter, dans un communiqué : “Aucune assurance ne peut être faite […] en ce qui concerne le potentiel de recouvrement pour les actionnaires existants“.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les entreprises high-tech cotées en Bourse ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur