ATI : DirectX 9 et mobilité

Mobilité

Un futur R300 d’un côté, un Imageon 100 de l’autre. Le premier est le successeur des Radeon 7500 et 8500 et intègre déjà le futur DirectX 9.0. Le second vise le marché prometteur des clients légers. ATI est bien décidé à ne pas se laisser distancer par le leader nVidia.

Face à un marché du processeur graphique dominé par nVidia, ATI tente de se diversifier vers le mobile. Avec l’Imageon 100, le constructeur canadien aborde le secteur des clients légers que sont les assistants personnels et, bientôt, les téléphones mobiles GPRS ou UMTS. Domaine dont est encore absent son principal concurrent. Le nouveau processeur vise à combiner performances graphiques et faible consommation d’énergie.

Un processeur graphique pour PDA

Pour cela, l’Imageon 100 intègre une fonction de décodage matériel MPEG-4/JPEG qui devrait être le format de prédilection des images, animées ou non, qui s’échangeront entre les différents terminaux légers. Cette intégration matérielle décharge le processeur principal des tâches graphiques. Un cache SRam de 384 Ko permet à l’Imageon de supporter, en double mémoire tampon, une résolution de 240×320 pixels en 18 bits. Le contrôleur du processeur gère jusqu’à 8 Mo de SDRam. Un ajout de mémoire qui offre l’affichage jusqu’en 800×600 pixels en mode couleur 16 bits. Développé pour système Windows CE , PalmOS, Symbian EPOC et Linux Mobile, l’Imageon 100 travaille sur un bus interne de 96 bits et exploite la technologie d’économie d’énergie PowerPlay. Les réelles capacités du premier processeur pour client léger d’ATI ne seront cependant pas visibles avant plusieurs mois. Le temps de lancer la production en masse (prévue en février) et de trouver les clients.

En avance sur DirectX 9

Cette diversification n’éloigne pas pour autant ATI de son coeur de métier : la puce graphique pour carte vidéo. Comme pour les Radeon 8500 et 7500 (voir édition du 16 août 2001), la canadien anticipe. En effet, ATI travaille sur un nouveau processeur qui prend déjà en charge les fonctions du futur DirectX 9 de Microsoft. Le R300, nom de code du futur processeur, vise à concurrencer, techniquement autant qu’économiquement, les prochaines puces de nVidia (le GeForce 4 ?). Mais ses caractéristiques techniques n’ont pas encore été dévoilées.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur