Atos/Origin : 3ème européen des services

Mobilité

Atos et Origin, la filiale de services informatiques de Philips, signent un accord de fusion à 2,8 milliards d’euros. La nouvelle entité montera d’emblée sur la troisième marche du podium européen, derrière Cap Gemini ? Ernst & Young et Genetronics.

L’opération de fusion entre Atos et Origin, la filiale de Philips, propulsera d’emblée ces deux sociétés de services informatiques à la troisième place sur le marché européen du secteur informatique. Objectif ? Accroître la marge d’exploitation de 6 % en 2000 à 10 % en 2002 en alliant les expertises de l’e-business d’Atos et de l’ERP d’Origin. Car l’activité d’Atos se compose des services d’audit et d’intégration pour 51 % de l’activité, de l’infogérance pour 35 % et des services en ligne pour 14 %. Origin, l’autre leader sur les services informatiques se sent en affinité avec Atos. Et apporte quelques expertises spécifiques avec ses produits de relation client (CRM, Customer Relationship Management ) et de gestion de la chaîne logistique (SCM, Supply Chain Management). Au top 20 des clients de la nouvelle entité, figurent notamment les mastodontes BNP Paribas, Cegetel, Fiat, France Telecom, Lucent, Pinault Printemps Redoute, Peugeot, Procter & Gamble, Renault, Shell, etc.

Selon Bernard Bourigeaud, pdg d’Atos Origin et Président du Directoire du nouveau groupe, “cet accord de fusion amicale donnera une plus grande dimension pour accéder à un plus grand nombre de contrats internationaux”. Baptisée tout simplement Atos Origin, la nouvelle entité issue de la fusion pèsera en effet pas moins de 2,8 milliards d’euros. Bernard Bourigeaud précise : “Quand je lis des études qui disent que 60 % des fusions ne créent pas de valeur, je pense que cela ne sera pas notre cas. J’affirme que la fusion d’Atos et d’Origin va créer de la valeur. L’expérience en témoigne : Atos est né en 1997 de la fusion d’Axime et de Sligos”. Origin, issue de la fusion en 1996 de Philips Communications & Processing Services et de BSO/Origin, déclare en 1999 un chiffre d’affaires de 1 727 millions d’euros pour 16 000 salariés. Seule incertitude en forme de clin d’oeil : si la nouvelle entité portera les deux noms accolés, Atos et Origin voulant garder le bénéfice de leur notoriété, on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra du petit poisson d’Atos, Origin n’ayant quant à elle pas d’autre logo que son nom.

Côté implantations géographiques, la société fusionnée sera présente dans plus de 30 pays avec 27 000 employés. Le siège social d’Atos Origin sera situé en France et le siège opérationnel aux Pays-Bas. A noter, au passage, qu’Atos gagne une présence néerlandaise et nord-américaine à l’issue de cet accord. Outre la présence internationale, les deux sociétés soulignent leur complémentarité sur la ligne des métiers “pour fournir de meilleures solutions globales d’e-business et de m-commerce” comme sur les secteurs économiques qu’elles occupent : finance, télécommunications et distribution pour Atos et industrie et technologies de pointe pour Origin.

Par ailleurs, Atos Origin prévoit de “réduire la dépendance par rapport à Philips” qui se trouve être le premier client de la nouvelle entité en générant près de 24 % du chiffre d’affaires (soit 45 % des ventes) en ramenant cette proportion à 15 % voire 10 %. Pour autant, “Philips reconduira ses contrats d’infogérance passés avec Origin pendant trois ans au minimum.” Aussi, Atos Origin n’oublie pas que Philips est son partenaire technologique privilégié pour les cartes électroniques, le m-commerce, la reconnaissance vocale et les “set-top boxes”, périphériques TV…

Pour en savoir plus :

* Atos

* Origin

* Royal Philips ElectronicsLire aussi :

* Atos dans la cour des grands (Vestrixx.fr)

* Fusion : ATOS ORIGIN entre dans le TOP 3 européen (France.internet.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur