AU Optronics prend de grandes résolutions pour les petits écrans

Mobilité
AU Optronics Super Narrow Border écran smartphone

Pour optimiser les écrans des terminaux mobiles, AU Optronics en rehausse la densité d’affichage à 443 ppp (de la Full HD sur 5 pouces) et réduit à 1 mm les bordures latérales sur les produits assemblés.

AU Optronics recentre son discours et ses innovations technologiques sur les écrans des terminaux mobiles.

En exercice depuis 2001 et cette fusion d’Acer Display avec Unipac Optoelectronics, le fabricant high-tech taïwanais va mettre à contribution la technologie AHVA (Advanced Hyper-Viewing Angle) pour concrétiser plusieurs perspectives.

En premier lieu, augmenter la densité d’affichage pour caser de la Full HD (1920 lignes de 1080 points, soit 2073600 pixels) sur une diagonale 5 pouces.

Dans un second temps, optimiser la surface à disposition sur les smartphones et tablettes. C’est le principe dit du “Super Narrow Border”.

Dans la veine des écrans “edge-to-edge”, il s’agit de réduire au maximum – en l’occurrence à 1 mm – les bordures latérales.

L’exploitation concomitante de ces deux vases communicants est cruciale : elle permet d’agrandir les écrans et d’en maximiser la résolution sans influer sur le gabarit des terminaux mobiles.

AU Optronics va matérialiser ses ambitions avec la production imminente de dalles Full HD (1920 x 1080 points) de 4,97 pouces (12,6 cm). Soit 443 ppp, alors que le Retina d’Apple, qui reste l’une des références à l’heure actuelle, plafonne à 326 ppp.

Sur le marché des smartphones, HTC a fait mieux avec le modèle 8X, référencé à 342 ppp. Idem pour les Sony Xperia S, SL et Ion. A 320 ppp, on retrouve entre autres le LG Optimus G et le nouveau Google Nexus 4.

AU Optronics s’appuie sur un procédé de fabrication dénommé LTPS (Low-Temperature Poly-Silicon), compatible avec les technologies AHVA, AMOLED et IGZO.

Le fabricant taïwanais assure travailler sur une échelle de 3 à 15,6 pouces, avec notamment une dalle IGZO de 10 pouces en 2560 x 1600 points, destinée aux tablettes tactiles. Un module de rétroéclairage aminci de 60% réduit l’épaisseur de l’ensemble à 1,5 mm.

D’autres acteurs du marché affichent un potentiel plus alléchant encore, mais leurs expérimentations restent à l’état de prototypes. C’est le cas de Sony et Panasonic, qui ont conçu un écran OLED à 2560 ppp sur un demi-pouce (1,27 cm).

L’autre visée d’AU Optronics est l’optimisation de la surface d’affichage.

A l’appui de la technologie in-cell (fusion de la dalle et de la surface tactile), les bordures latérales autour de l’écran, sur un produit fini (pour l’exemple, un smartphone de 4,46 pouces en 1280 x 720 points), ne dépassent pas le millimètre.

Ce concept connu sous l’appellation “Super Narrow Border”, Apple l’exploite déjà avec l’iPhone 5. Idem pour LG, avec le Nexus 4 fabriqué pour le compte de Google.

Les premiers retours ont fait état d’un inconvénient majeur : il est plus facile de déclencher involontairement des pressions tactiles, la main n’ayant aucun espace latéral pour se reposer. Les mobinautes vont-ils devoir changer leurs habitudes ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur