Avanquest est petit dans l’IoT mais ça va changer avec Semtech

CloudEntrepriseLevées de fonds
avanquest-mydevices-semtech
4 1

Historiquement ancré dans le logiciel, Avanquest avance dans l’IoT avec sa branche MyDevices. Il peut désormais compter sur le soutien financier de l’Américain Semtech.

Au nom de sa diversification dans l’Internet des objets via sa branche MyDevices, l’éditeur français Avanquest reçoit l’appui de Semtech Corporation coté sur le Nasdaq.

Le fournisseur de semi-conducteurs américain, qui revendique la paternité de la technologie LoRa RF exploitée pour les réseaux IoT (communication bas débit, basse consommation et longue portée).

Il est aussi fondateur de la LoRa Alliance, intégrant des firmes technologiques ou télécoms influentes comme IBM, Cisco, Orange, ou encore ZTE.

Cet accord se traduit par une prise de participation minoritaire de Semtech dans MyDevices, désormais valorisée 23,2 millions d’euros.

Mais le financement pourrait s’élever jusqu’à 10 millions d’euros, aboutissant à une valorisation de près de 30 millions d’euros. Une deuxième tranche qui reste à confirmer.

Coté sur Euronext Paris, Avanquest avait bondi d’environ 20% en Bourse à la fin de la semaine dernière (6 janvier) avec l’info liée à l’investissement de Semtech. Il termine la première séance de la semaine de manière plus sage (-1,84%).

Cayenne, prochain outil de référence dans l’IoT ?

MyDevices, plateforme logicielle lancée début 2006, intègre notamment Cayenne, présentée comme la première communauté mondiale de développeurs dans l’IoT (120 000 membres).

« La facilité d’utilisation, l’interopérabilité et les capacités de Cayenne pour développer des projets IoT font la différence par rapport aux autres solutions existantes », estime Marc Pegulu, Vice-Président et Directeur Général de l’activité Wireless & Capteurs de Semtech cité dans le communiqué.

En l’état actuel, l’activité MyDevices (prototypage, développement, déploiement d’applications) ne représente qu’une petite partie du chiffre d’affaires d’Avanquest mais le groupe présidé par Pierre Cesarini compte faire de Cayenne « l’outil de développement de référence de l’IoT ».

Depuis qu’il a pris les commandes d’Avanquest il y a trois ans, Pierre Cesarini a ré-organisé en trois pôles les activités du groupe historiquement ancré dans l’édition et la distribution de logiciels : l’impression digitale (via la nouvelle division PlanetArt), l’IoT (via myDevices) et l’e-commerce (via sa division Avanquest Software).

Le groupe réalise plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont plus de 50% aux USA. Sur fond de ré-organisation du business et de renégociation de modalités de remboursement de la dette, il a fallu aussi céder des actifs non stratégiques et réduire la voilure en termes d’effectif : 200 personnes ont quitté la société depuis trois ans, selon Les Echos.   


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur