Avast en Bourse : direction Londres après le rendez-vous raté à New York

BourseEntrepriseSécurité
avast-ipo-londres

Quelques années après son projet avorté d’IPO sur le Nasdaq, Avast pourrait atterrir à la Bourse de Londres, au 1er semestre 2018.

On oublie New York, direction Londres ?

Plus de cinq ans après son projet avorté d’introduction au Nasdaq, Avast aurait relancé la machine.

À en croire Reuters, CVC Capital Partners aurait mandaté la banque Rothschild en vue d’une IPO au 1er semestre 2018.

Le fonds d’investissement avait pris le contrôle de l’éditeur antivirus tchèque en 2014, dans le cadre d’un tour de table effectué sur la base d’une valorisation avoisinant le milliard de dollars.

Le compteur pourrait atteindre 4 milliards à l’issue de cette IPO*… qui reste néanmoins incertaine au vu du climat actuel à la Bourse de Londres : plusieurs opérations ont été ajournées ces dernières semaines, dont celle de TMF (services de gestion d’entreprise), qui a préféré se vendre à CVC.

Sur la route du Nasdaq, Avast revendiquait 159 millions d’appareils protégés au 30 juin 2012. Il en évoque aujourd’hui « plus de 440 millions », pour un chiffre d’affaires de 714 millions de dollars sur son dernier exercice fiscal.

Grandir en consolidant

Le « programme fondateur » avait été développé en 1988 par Pavel Baudiš et Eduard Kučera, tous deux encore actionnaires. La société n’avait toutefois été constituée qu’en 1991, après l’effondrement du bloc communiste.

Le cap du million d’utilisateurs avait été franchi en 2004 ; le seuil des 10 millions, en 2006.

La marque Avast n’avait été adoptée qu’en 2010, en remplacement d’ALWIL. Vincent « Vince » Steckler, ancien de Symantec, avait pris quelques mois plus tôt les fonctions de CEO, qu’il occupe aujourd’hui encore.

La réorientation du modèle commercial sur le freemium (base gratuite ; options payantes) était intervenue en 2011.

Depuis lors, la firme a multiplié les opérations de croissance externe, démarche qui a culminé l’an dernier avec l’acquisition, pour 1,3 milliard de dollars, du compatriote AVG. Plus récemment, c’est Piriform, l’éditeur britannique du logiciel CCleaner, qui est passé dans le giron d’Avast.

La consolidation de ces activités a mené, entre autres, au lancement d’un pack PME sous la marque « Avast Business ».

* Les ambitions d’IPO d’Avast sont régulièrement évoquées. Vince Steckler lui-même en avait parlé l’an dernier, avec un objectif à 2017.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur