Avec 1,3 million d’abonnés haut débit, Free maintient le cap

Cloud

Plus de 67 % des abonnés sont dégroupés et 90 % disposent de la Freebox, a indiqué le groupe Iliad qui a publié ses résultats semestriels.

Tout va bien chez Free. Selon le groupe Iliad, qui vient de publier les résultats du premier semestre de sa filiale Internet, Free affiche 1 316 000 abonnés ADSL au 30 juin dernier. Soit 102 000 nouveaux abonnés haut débit gagnés en six mois et 548 000 de plus en un an. Un succès que Free met sur le compte de l’attractivité de son offre triple-play qui, sous technologie ADSL 2+ (pour ceux qui peuvent en bénéficier), propose l’accès Internet couplé à la téléphonie sur IP et un bouquet de chaînes télévisées et de radios, pour moins de 30 euros par mois.

Parallèlement au recrutement des nouveaux abonnés, Free a poursuivi le dégroupage de la boucle locale pour les clients en option 5 (un accès Internet fourni par France Télécom en marque blanche dans les zones non dégroupées). Au 30 juin, 883 000 clients étaient dégroupés contre 566 000 il y a six mois. Près des deux tiers (67,1 %) des clients de Free ne dépendent plus de France Télécom pour l’accès Internet, donc. Free revendique à ce titre près de 43 % des lignes dégroupées en France. Au dernier pointage, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) recensait 2,3 millions de lignes sorties du giron de l’opérateur historique dont 255 000 totalement (voir édition du 22 juillet 2005).

Renforcement du service technique

Environ 1,18 million d’internautes français disposent d’une Freebox. Soit 90 % du parc d’abonnés de Free. L’utilisation du boîtier numérique maison permet à Free de tirer des revenus, même avec les abonnés non dégroupés qui bénéficient malgré tout de la téléphonie sur IP. Pas moins de 1,135 million d’abonnés téléphonent à partir de leur Freebox. Les services à valeur ajouté, la téléphonie et les chaînes de télévision payante (y compris la souscription à l’offre de Canal+) utilisées par 130 000 téléspectateurs, ont généré un total de 27,5 millions d’euros au premier semestre 2005. A comparer aux 13,5 millions d’euros réalisés sur la totalité de 2004. Avec près de 334 million d’euros, Iliad augmente son chiffre d’affaire semestriel de 52 % par rapport à la même période en 2004. Un chiffre d’affaire essentiellement porté par le secteur Internet qui réalise près de 260 millions d’euros (en croissance de 83 % sur un an).

Avec plus d’1,3 million de clients haut débit, Free occupe 17,4 % du marché résidentiel. Une part constante depuis décembre 2004. Il conserve donc sa place de numéro 2 au classement des fournisseurs d’accès derrière Wanadoo et reste le premier opérateur Internet alternatif à France Télécom. Une position que le FAI compte bien maintenir notamment face à l’arrivée du nouveau groupe Neuf Cegetel (voir édition du 11 mai 2005). Pour cela, Free a prend soin de renforcer son service clientèle, source de critiques et de mécontentement. L’opérateur annonce avoir recruté près de 200 collaborateurs pour porter à 839 le nombre d’employés au service technique. Le temps de réponse moyen de l’assistance téléphonique est tombé à 2,5 minutes (moins de 10 secondes pour le service dédié au dégroupage total) et l’activation d’une ligne dégroupée, intégrant l’envoi de la Freebox, s’effectue en moins de 10 jours.

D’autre part, le groupe compte atteindre les 1,5 millions d’abonnés avant la fin de l’année et souhaite dépasser les 70 % de ligne dégroupées. Enfin, la migration de l’intégralité des DSLAM (les concentrateurs sur lesquels arrivent les lignes ADSL de Free) vers la technologie ADSL 2+ (qui permet d’atteindre jusqu’à 20 Mbits/s de débit à condition de posséder une Freebox en version 4) devrait être réalisé avant la fin 2005. De quoi continuer à attirer les internautes malgré des tarifs concurrentiels de plus en plus agressifs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur