Avec iMessage, Apple pourrait couler BlackBerry

CloudMobilitéOS mobilesSmartphones

La magazine financier américain Barron’s a baissé de 30% ses objectifs de cours à long terme pour l’action RIM, le constructeur du BlackBerry. Le seul responsable ? Apple et son nouveau service de messagerie instantané iMessage.

Lors de la WWDC, Apple a présenté de nombreuses nouveautés pour iOS 5. L’une d’elles, le service de messagerie instantanée iMessage, est passée globalement inaperçue.

Selon le magazine financier Barron’s, il pourrait pourtant fortement handicaper les ventes de BlackBerry.

En effet, les caractéristiques de iMessage ressemblent fortement au service de messagerie des BlackBerry, le fameux BBM (BlackBerry Messenger).

iMessage permet d’échanger textes et fichiers multimédia, de gérer les groupes d’envois, de proposer des notifications de réception de messages. La connexion au réseau est cryptée et les ressources d’Apple assureront, selon Barron’s, un service stable et rapide.

De quoi surpasser aisément les applications actuellement disponibles, et presque égaler le service BBM.

Or, la messagerie instantanée du canadien RIM est un des principaux arguments de vente des BlackBerry en dehors des Etats-Unis.

Au pays de l’oncle Sam, le coût des SMS est si bas que l’utilisation du BBM est restée en retrait en dehors des entreprises.

Selon ComScore, les parts de marché de BlackBerry y sont d’ailleurs descendues cette année en troisième place avec 25,7% des smartphones en circulation (presque 5 points de moins en trois mois à peine), derrière Google et Apple.

Mais dans le reste du monde, en particulier au Canada, en Europe de l’Ouest et dans les pays émergents, RIM garde une position forte et continue de progresser en parts de marché selon Barron’s.

Mais iMessage pourrait complètement changer la donne.

L’iPhone est largement leader en Europe, et les services de messagerie bénéficient d’un fort effet de réseau (quand nos amis l’utilisent déjà, on a tendance à s’inscrire au même).

Et même si le facteur prix limite les ventes d’iPhone dans les pays émergents, Barron’s prédit qu’Android et Windows Phone s’empresseront de proposer un service similaire.

D’autant que Google et Microsoft bénéficient déjà de tous les utilisateurs de, respectivement, GTalk et Live Messenger pour assurer le succès de l’initiative.

Ils n’ont plus qu’à mettre à niveau les applications correspondantes sur leurs OS.

Si la qualité de ces services est au rendez-vous, même le BlackBerry OS 7, nouvelle version de l’OS du smartphone prévue pour 2012, ne pourra relancer RIM.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur