L’avenir de Winamp s’inscrit chez Radionomy

Régulations
radionomy-winamp

La société belge Radionomy va enrichir sa plate-forme de webradios thématiques en reprenant l’exploitation du lecteur multimédia Winamp et de plusieurs services associés. Il est question d’un deal entre 5 et 10 millions de dollars.

Récemment menacé de disparition faute de s’être adapté à l’évolution du marché de la musique, Winamp vivra finalement plus vieux.

Édité par Nullsoft, ce lecteur multimédia s’était distingué dans les années 90 par son interface bien moins rigide que celle des logiciels concurrents. Il avait connu un tel succès pendant les années 90 qu’AOL l’avait racheté à l’aube du nouveau millénaire, pour 80 millions de dollars. Mais la montée en puissance des plates-formes de streaming en ligne et le virage difficile vers le mobile ont précipité son déclin.

Le 20 novembre 2013, AOL se mettait officiellement en quête d’un repreneur pour Winamp et les services associés, notamment le serveur de diffusion SHOUTcast. Jusqu’à fin décembre, Microsoft faisait figure de favori avec, en toile de fond, d’éventuelles synergies vis-à-vis de la solution Xbox Music permettant de corréler la lecture de titres – en local et sur Internet – depuis Windows 8/RT, Windows Phone 8, iOS, Android… et les consoles de jeux Xbox.

Début janvier, le brouillard s’était levé sur une tout autre issue, plusieurs utilisateurs s’étant aperçus que le site winamp.com n’était plus hébergé sur l’infrastructure Web d’AOL, mais sur celle de Radionomy. Fondée en 2008 par Alexandre Saboundjian (son actuel CEO), cette société belge base son activité sur l’exploitation d’une plate-forme de radios en ligne, avec plus de 6000 stations amateurs recensées. Elle n’a pas formellement confirmé avoir mis la main sur Winamp, mais selon les sources “proches du dossier” qui se sont confiées à TechCrunch, le deal est bel et bien finalisé.

Radionomy aurait investi entre 5 et 10 millions de dollars dans cette acquisition stratégique, cédant par la même occasion 12% de son capital à AOL. En prenant sous son aile Winamp et SHOUTcast, l’entreprise gérerait environ 60 000 webradios, soit près de la moitié du marché. Des jonctions sont à prévoir avec la régie de diffusion de publicités audio TargetSpot.

Winamp permettra l’accès à toutes ces stations, mais aussi la lecture d’une soixantaine de formats audio/vidéo, avec une interface déclinée en 16 langues et personnalisable grâce à plusieurs milliers de “skins”. Si la question de reverser le lecteur multimédia en open source, un temps évoquée dans une pétition lancée sur Change.org, ne semble plus d’actualité, l’avenir du service s’inscrit dans une logique multiplateforme, entre desktop, mobile… et voiture connectée.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur la musique en ligne ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur