Avocat : cette profession bousculée par le numérique

EntrepriseJuridiqueManagementRégulationsStart-up
profession-avocat-numerique
2 7

Le récent congrès GESICA a permis à la profession d’avocat de débattre de l’impact du numérique, avec des modèles de type Uber ou TripAdvisor qui débarquent.

Lors de la 26éme édition du Congrès GESICA qui s’est déroulé à Bordeaux la semaine dernière, le réseau international d’avocats francophones, présidé par Gérard Haas, a mis l’accent sur le numérique.

Une profession tout aussi bousculée par le numérique que les experts-comptables.

Des cycles de conférences consacrés à l’interdépendance du droit et de l’innovation ont permis à cette profession de débattre de cette mutation « à la fois historique et déstabilisante », selon le communiqué de synthèse diffusé après la session.

Cette convention a permis également de faire de recontrer des sociétés innovantes et de start-ups juridiques comme Pierre Aïdan (LEGALSTART), Alexis Deborde (LEGANOV), Guillaume Kaltenbach (LE DROIT POUR MOI), Benjamin Niddam (SOLULAW), Jérémie Oinino (DEMANDERJUSTICE.COM) ou Benjamin Rosoor (TRANSMITIO.COM).

Invité spécial : Oussama Ammar, co-fondateur de l’accélérateur TheFamily, qui a cherché à secouer les professionnels du droit du réseau GESICA sur le thème : « Les start-ups sont formidables, les start-up sont dangereuses. Il n’y a pas un domaine sur lequel a travaillé un avocat qui ne sera pas un jour réinventé par quelqu’un. »

Des trophées ont été décernées pour souligner des initiatives numériques prises par des cabinets d’avocats comme celle de Stéphanie Baudot (SELARL EGIDE Avocats – Orsay & Evry) pour son utilisation du cloud en réponse au problème de stockage des données (catégorie « Innovation ») et ISIS (catégorie « Prestations) pour ses solutions d’impression et de dématérialisation dédiées aux cabinets d’avocats.

Montée en charge des e-services juridiques en mode start-up

Chaque semaine, des innovations associées au droit à la profession d’avocats apparaissent.

En dehors de la nouvelle version du site Internet de l’Ordre des Avocats de Paris, ITespresso.fr a repéré la montée en charge de Legalstart.fr (plateforme de services juridiques dédiée aux professionnels), qui exploite un service dématérialisé d’injonction de payer (un millier d’entreprises ont pu recouvrer des factures impayées).

Les fondateurs du service (Timothée Rambaud, Pierre Aïdan et Stéphane Le Viet) ont également initié Avostart, plateforme en ligne gratuite permettant un accès aux 65 000 avocats de France.

Ce portail a pris le modèle de TripAdvisor sur le marché du voyage : « Les internautes peuvent donner leur avis sur les avocats et de bénéficier de l’expérience des autres ».

De son côté, Document-Juridique.com* propose l’automatisation de la création de documents juridiques et propose la mise en relation avec des avocats.

Pour connaître les tendances de la profession, il suffit de taper le mot « avocat » sur Google pour voir qui apparaît en premier sur les liens sponsorisés de la première page de résultats du moteur.

Jeudi vers 17h30, le grand gagnant des AdWords était Expert-Avocat.fr (consultations juridiques en ligne), un portail édité par la société JurisWeb.

Au printemps, le Conseil national des barreaux avait présenté l’acte d’avocat électronique censé faciliter les démarches de leurs clients (particuliers ou entreprises).

*Partenaire d’ITespresso.fr

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : Zurijeta)

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur