Baisse des revenus des semi-conducteurs en 2001

Mobilité

Conséquence de l’effondrement de la demande de PC, IDC prévoit une baisse des revenus pour les fabricants de semi-conducteurs d’environ 30 %. Microprocesseurs et composants de mémoire vive sont les plus touchés. IDC n’envisage pas de retour à la normale avant 2005.

Selon une étude du cabinet International Data Corporation (IDC), le marché des semi-conducteurs pour PC va chuter de près d’un tiers en 2001, passant de 38,6 milliards de dollars de revenus en 2000 à 27,3 milliards en 2001 pour les composants des ordinateurs de bureau. Soit une perte de 11 milliards et une baisse de près de 30 %. Moins gravement touché, le marché des semi-conducteurs pour ordinateurs portables devrait limiter les pertes à 1,1 milliard passant de 11,7 à 10,6 milliards de dollars (soit une baisse inférieure à 10 %). Une baisse des revenus justifiée, selon IDC, par l’effondrement de la demande de PC. Celle-ci devrait générer un chiffre d’affaires de 38 milliards de dollars en 2001 contre 50,3 milliards en 2000 (soit -24 %). Pour la première fois depuis 1986, les ventes de PC ont baissé de 2 % au deuxième trimestre par rapport à la même période l’année précédente. Plus inquiétant, le retour à un niveau de revenus de l’année 2000 ne serait pas atteint avant 2005, toujours selon le cabinet d’études.

Les processeurs et la mémoire vive arrivent en tête des composants les plus touchés par cette récession. Selon IDC, les revenus liés aux microprocesseurs vont chuter de près de 5 milliards en passant de 27,1 à 22,2 milliards de dollars (soit -18 %). C’est pire pour la DRam qui perdra plus de 46 % en chutant de 12,4 à 6,6 milliards de dollars de revenus. Une vision pessimiste que ne partage pas Intel, qui estime que le marché est stabilisé et qu’il repartira à la hausse avec la sortie de Windows XP prévue en octobre prochain. “Nous pensons que cet optimisme est sans fondement”, estime Shane Rau, analyste chez IDC, “d’abord parce que les intégrateurs renvoient un signal différent, et ensuite parce que si le processeur est la puce principale d’un ordinateur, il ne représente qu’une seule puce. Les autres entreprises qui produisent des semi-conducteurs comme la mémoire vive ne vont pas très bien et je ne pense pas qu’il s’en remettront avant l’année prochaine.” Comme pour lui donner raison, Toshiba vient d’annoncer, après Nec et Fujitsu, qu’il allait réduire sa production de mémoires. Seuls Hitachi et Mitsubishi n’ont encore rien annoncé concernant leur production des composants mémoire. Jusqu’à quand tiendront-ils ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur