Bataille judiciaire au sein du comité d’entreprise de Microsoft France

Mobilité

La section syndicale CFTC lance une action en justice pour dénoncer un “acte de favoritisme” dans le choix du secrétaire du CE.

L’ambiance est plutôt survoltée au sein du comité d’entreprise (CE) de Microsoft France. A l’occasion de la désignation de son secrétaire lors d’une séance en date du 27 juillet, la direction de la branche française de l’éditeur a pris part à l’élection de manière active.

Un fait rarissime dans la vie de l’entreprise qui amène la section syndicale CFTC à taper du poing. La branche CFTC Métallurgie 91, qui représente la section CFTC de l’éditeur au niveau départemental, a décidé d’assigner la direction de Microsoft France devant le Tribunal de grande instance d’Evry. Motif : non dénonciation d’usage et discrimination syndicale.

La section syndicale reproche à la direction de ne pas respecter le résultat sorti des urnes : le 25 juin dernier, au second tour des élections des membres titulaires du CE, l’intersyndicale CFE-CGE et CFTC auraît obtenu une très large majorité. Logiquement, on pouvait s’attendre à ce qu’un représentant de l’une de ses deux sections soit élu au poste de secrétaire du CE.

Entre lutte d’influence syndicale et interventionisme

Mais, au lieu de s’abstenir pour rester neutre, la direction de Microsoft France a utilisé son droit de vote en faveur du candidat…CFDT qui sera élu pour trois ans. Un acte de favoritisme qui démontrerait “l’attitude arrogante et dominatrice de la Direction”, selon la CFTC.

Au passage, celle-en profite pour égratigner la section “maison” CFDT. “Nous ne pouvons que regretter l’absence de toute réaction de la part de la CFDT qui accepte et cautionne cet état de fait de la part de la Direction. Elle se retrouve donc maintenant complètement liée et dépendante de la Direction.”

Entre lutte d’influence syndicale et la tentative d’interventionisme de la direction de Microsoft France, la justice devra trancher. Contacté par Vnunet.fr, le service communication de Microsoft France n’a pas répondu à nos demandes de précisions. Pas de réaction immédiate non plus du côté du quartier général de la CFDT.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur