Bbox Miami : derniers préparatifs pour Bouygues Telecom

CloudMobilitéOpérateursOS mobilesRéseaux
bouygues-telecom-bbox-miami

A quelques semaines du lancement de sa Bbox Miami sous Android, Bouygues Telecom détaille les modalités de commercialisation.

A quelques semaines de son lancement commercial, la Bbox Miami fait l’objet d’une communication marketing agressive… à la hauteur des ambitions de Bouygues Telecom.

Après avoir raboté, en début d’année, le ticket d’entrée de son offre ADSL à 19,99 euros TTC, l’opérateur filiale du groupe BTP marque un temps d’arrêt dans la “guerre des prix” et cherche à se différencier sur le volet des services pour “agiter” un peu plus le marché du fixe.

La première présentation officielle de la Bbox Miami remonte à fin juin. Elle était intervenue juste après les annonces de Google autour d’Android TV. En choisissant cette plate-forme pour équiper sa box, Bouygues Telecom devenait, après SFR, le deuxième opérateur français à établir un partenariat avec le groupe Internet américain dans le domaine de la convergence Web-télévision.

La Bbox Miami devait initialement sortir en octobre. Avec la restructuration de Bouygues Telecom (marquée dernièrement par une simplification de l’offre mobile et la disparition de la marque B&You), le lancement a été repoussé à plusieurs reprises. Le voici aujourd’hui fixé une fois pour toutes au mois de janvier.

L’offre sera d’abord réservée aux abonnés actuels de Bouygues Telecom. Les nouveaux clients y seront éligibles dans le courant du premier trimestre 2015. La disponibilité se limitera dans un premier temps aux offres ADSL, à partir de 25,99 euros TTC par mois (la Bbox Sensation restera proposée avec la formule à 19,99 euros). Elle sera “assez rapidement” étendue à la fibre… mais pas aux quelque 400 000 abonnés qui passent par le réseau Numericable (pour des raisons d’ordre technique). Environ 12 millions de lignes dégroupées seront concernées (et 4 millions supplémentaires dans un an, selon les objectifs de l’opérateur).

Fonctionnant sous Android 4.2.2 “Jelly Bean”, la Bbox Miami se présente sous la forme d’un boîtier de 15 x 15 x 3,6 cm dépourvu d’écran (mais doté de 6 LED indicatrices). La connectique inclut une prise HDMI 1.4, un port USB 2.0, une interface Ethernet Gigabit, un lecteur de cartes SD et une sortie audio S/PDIF. La surcouche appliquée à Android a été développée avec la start-up parisienne IFeelSmart, lancée en 2011 et soutenue par Bouygues Telecom Initiatives. La conception du système de recommandation de contenus est l’œuvre de Spideo.

Dotée d’un processeur Marvell BG2Q (4 coeurs à 1,2 GHz), de 2 Go de RAM et de 16 Go de mémoire flash pour le stockage, la Bbox Miami permet de réceptionner la TNT et d’exploiter les contenus multimédias d’acteurs Over-the-Top (OTT, c’est-à-dire les services Internet qui n’exploitent pas de réseaux, comme YouTube). Elle exploite une technologie “adaptive streaming” qui régule la qualité du contenu diffusé en fonction de la bande passante disponible. Bilan : le service d’IPTV ne nécessitera plus qu’un minimum de 1,8 Mbit/s en débit descendant, contre environ 4 Mbit/s actuellement.

La présence d’Android donne la possibilité de connecter un grand nombre de périphériques : claviers, souris, webcams, enceintes et casques sans fil, contrôleurs de jeu… Bouygues Telecom développe aussi une application qui fera la jonction avec les montres connectées sous Android Wear, grâce au Bluetooth 4.0 “Low Energy” (associé au Wi-Fi 802.11n à 300 Mbit/s ; pas de Wi-Fi 802.11ac, donc).

bbox-miami

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Bouygues Telecom ?

Crédit photos : Bouygues Telecom & Tambako The Jaguar


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur