Bercy donne le coup d’envoi de la télévision mobile personnelle

Mobilité

Le choix arrêté de la norme DVB-H permettra l’accélération du déploiement de
la télé de poche en France. Les JO de Pékin en ligne de mire.

Après avoir raté la Coupe du monde de rugby, la télé sur mobile vise les prochains Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Ce lundi 24 septembre 2007, Bercy a donné le coup d’envoi au développement de la télévision mobile personnelle (TMP) en France.

Christine Lagarde, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, accompagnée de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, et de Hervé Novelli, secrétaire d’État chargé des Entreprises et du Commerce extérieur, a signé “l’arrêté TMP”.

La TMP autorisera la réception sur des terminaux mobiles (téléphones, baladeurs numériques…) de programmes télévisés avec une qualité de diffusion optimale. Élaboré après concertation avec le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et les acteurs du Forum TV mobile (diffuseurs, équipementiers, opérateurs, créateurs), l’arrêté du jour fixe notamment les normes techniques de diffusion de la TMP. Sans surprise, c’est la norme DVB-H (Digital Video Broadcasting Handheld) qui a été retenue.

La télé de poche

La “télé de poche”, comme l’a présenté la ministre de l’Economie, s’appuie sur une technologie de diffusion hertzienne donc. Contrairement à la 3G qui propose également des contenus audiovisuels, la norme DVB-H n’est pas limitée par la bande passante du réseau. Il suffit de se trouver dans la zone de couverture de l’émetteur DVB-H pour recevoir la télévision, quel que soit le nombre d’utilisateurs “connectés”. Cette zone peut couvrir plusieurs kilomètres. Surtout, la réception au sein des bâtiments reste optimale. Ce qui ouvre la voie à l’émergence de nouvelle générations de télévisions qui seront mobiles au sein d’un même environnement résidentiel.

La norme définitivement choisie, il reste aux industriels à mettre en oeuvre leurs solutions. Et, qui dit solutions, dit contenus. Le temps presse. Les JO de Pékin démarrent dans moins d’un an. Choix des fréquences, choix des normes, évolutions réglementaires… Tout reste à faire. C’est pourquoi le CSA devrait lancer un appel à candidatures sur la télévision mobile avant la fin octobre 2007. A priori, toutes les chaînes de télévision sont intéressées par la TMP qui ne pourra, dans un premier temps, qu’en supporter quinze à vingt. Le modèle forfaitaire est préconisé avec un abonnement compris entre 5 et 10 euros mensuels pour l’utilisateur final.

L’intérêt des diffuseurs devrait motiver les équipementiers pour accélérer le déploiement du réseau. A nouvelle norme, nouvelles antennes. Les coûts annoncés sont modestes comparés à ceux des réseau 3G : 2 millions d’euros par an et par chaîne pour 10 millions de personnes (18 % de la population); 4 millions pour 30 % des Français et 6 millions pour la moitié de la population. Les premiers axes couverts seront les grands centres urbains français. Si Pékin signera le démarrage des premières offres et solution, il faudra attendre 2010/2011 pour espérer voir “un déploiement de grande envergure“, selon Christine Lagarde.

Une opportunité d’investissement

Un déploiement qui arrivera avec le dividende numérique, c’est-à-dire la redistribution des fréquences hertziennes libérées par le passage de la télévision analogique vers le numérique (TNT) fixé pour 2011 au plus tard.

Une “ressource naturelle” qui pourrait servir à faire pousser de nombreuses chaînes de la TMP. Mais elle attire aussi les intérêts des opérateurs de télécommunications qui y voient un moyen de développer le très haut débit sur les mobiles. Lesquels unissent leurs voix à travers la nouvelle Fédération françaises des télécommunications pour ne pas se faire oublier des pouvoirs publics et prendre leur part du gâteau.

Derrière ces évolutions technologiques se cachent des enjeux économiques importants. Selon Christine Lagarde, la TMP présente l’occasion pour les industriels d’augmenter leurs investissements dans les nouvelles technologies de l’information et rattraper leur retard sur les États-Unis, notamment. Environ 10 000 emplois nouveaux sont attendus du développement de la télévision mobile personnelle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur