Bertrand Stephann (AlloCiné) : “En un an, le nombre de bandes-annonces consultées a doublé”

Mobilité

Le portail dédié au monde du cinéma bénéficie de l’essor de l’accès haut débit en France. Le PDG d’AlloCiné revient sur ses récents développements pour s’adapter à la montée en puissance des mégabits.

La vidéo est une composante essentielle d’Allociné.com, portail dédié aux passionnés du Septième Art. De source Médiamétrie Nielsen-NetRatings , il recense 2 millions de visiteurs uniques par mois. L’explosion du haut débit lui permet d’aller plus loin dans l’exploitation des bandes-annonces tout en gardant un oeil sur d’autres supports comme les terminaux mobiles et la TNT. (Interview réalisée le 22/12/04)

Vnunet.fr : Dans quelle mesure AlloCiné profite de l’essor du haut débit ?
Bertrand Stéphann : Le nombre de bandes-annonces consultées sur notre portail augmente très vite. Environ 3,5 millions de bandes-annonces sont visionnées chaque mois. Le volume global de consommation de vidéos a doublé en un an. Le lecteur multimédia AlloCiné Vision, qui existe depuis quatre ans, est désormais bien connu de nos utilisateurs. Nous sommes le premier site de contenus vidéos légaux en France. La grande majorité de nos bandes-annonces sont taillées pour une diffusion à 400 kilobits par seconde et destinées pour une utilisateur haut débit à 512 kilobits par seconde.

Vous venez de lancer les vidéos en HD. Que recouvre ce terme précisément ?
A l’occasion du lancement de la nouvelle version d’Allociné.com en octobre, nous avons ouvert le service HD, qui a pour objectif de parvenir à une bonne qualité vidéo en plein écran. Ce n’est pas la haute définition comme on l’entend actuellement mais on tente de s’y rapprocher. Les vidéos HD sont numérisées en 1,7 mégabit par seconde. Ce service s’adresse au minimum aux internautes disposant d’un accès à un méga et plus. Nous proposons une vingtaine de bandes-annonces en HD, disponibles en Windows Media Player 9.0 et au-dessus et en Real. Nous installons actuellement une version en QuickTime. Le catalogue HD n’est pas exhaustif parce que cela coûte très cher en termes de bande passante et que nous devons trouver des recettes publicitaires pour financer le développement de ce service. Toutefois, nous sommes convaincus que le marché existe puisque 10% de nos vidéos sont consultées en HD actuellement.


Comptez-vous également développer la vidéo à la demande ?

Notre audience qualifiée pourrait intéresser des futurs opérateurs de VOD. Mais le sujet des droits, des relations avec les studios et avec les opérateurs Internet, la question de la sécurisation des réseaux. Des recommandations sous l’égide du Centre national du cinéma (CNC) ont été édictées dans ce sens cet automne. Nous avons uniquement un statut d’observateur de ces mouvements. Nous sommes conscient que le marché vidéo tourne d’abord autour du DVD et la VOD reste un marché de niche, hors piratage.

D’autres supports de diffusion numérique arrive comme la TNT et les services de téléphonie troisième génération. Comment Allociné compte tirer profit de ces nouvelles fenêtres médias ?
Les techniques de diffusion et le très haut débit évoluent rapidement. Nous venons tout juste de lancer la HD pour les utilisateurs disposant d’un accès à un ou deux mégabits par seconde. Mais comment modeler notre offre de services pour du 15 mégabits par seconde ? Nous n’avons pas encore réfléchi à fond aux implications mais nous allons accompagner le mouvement du marché. Laissons la TNT s’installer en France. Pour la partie UMTS, nous travaillons uniquement avec Orange à qui nous fournissons notamment des courtes émissions ciné pour son portail 3G. SFR a choisi de travailler avec un concurrent pour son déploiement UMTS, même si nous sommes présents dans son bouquet GPRS Vodafone Live. Globalement, je crois au développement de l’UMTS qui suivrait une route équivalente à celle empruntée par l’ADSL. Même si en l’état actuel, je n’ai pas suffisamment de recul et d’élément chiffrés pour mesurer l’appétence des consommateurs pour la vidéo sur mobile.

Quels sont vos premiers projets concrets pour 2005 ?
Jusqu’ici, nous avons donné la priorité à l’assainissement de nos comptes. Pour la première fois, AlloCiné a dégagé des bénéfices en 2004. Nous avons réalisé un chiffre d’affaires de dix millions d’euros avec un résultat net positif de 5%. Nous allons poursuivre nos investissements pour suivre le développement du haut débit mais nous serons raisonnables. Dans le courant du premier trimestre, AlloCiné va prendre une initiative dans le domaine des séries de télévision. Récemment, nous avons pris une participation dans la société Taplanet.net qui édite des sites thématiques liés à l’univers de la télé, notamment Planete-series.com.

Dossier spécial sur l’ultra haut débit
Pour revivre l’actualité 2004 autour de l’ultra haut débit et les événements antérieurs, la rédaction de Vnunet.fr a consacré un dossier spécial en ligne sur cette thématique.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur