Betaworks prépare la renaissance de Digg.com

EntrepriseStart-up
digg - betaworks - reseau - social

Symbole de la vague montante 2.0 puis tombé en désuétude, le service Internet communautaire, fondé par Kevin Rose, est repris par Betaworks (qui exploite notamment Bitly). Ou du moins ce qu’il en reste.

La vie de Digg.com est vraiment agitée.

Symbole de la vague Web 2.0, le service Internet communautaire, qui combinait des fonctions de social bookmarking, de blogging et de syndication, est cédé à Betaworks.

L’acquéreur exploite des services comme Bitly (raccourcisseur d’URL qui vient de lever des fonds), News.me (application mobile sur l’actualité) et Chartbeat (analyse en temps réel).

Le montant de la transaction n’est pas précisé et même TechCrunch a du mal à s’y retrouver (500 000 dollars ou 16 millions de dollars ?).

En fait, Digg.com a été dépecé : une partie de l’équipe de la start-up a rejoint le Washington Post.

Tandis que LinkedIn, le réseau social BtoB, a acquis une quinzaine de ses brevets (dont celui portant sur la fonction (“Clique sur le bouton et vote pour cet article”).

Betaworks récupère les actifs restants : le nom de domaine, le code et les données d’audience.

Une nouvelle vie commence ? L’étoile montante a brûlé ses ailes après avoir levé 45 millions de dollars auprès du fonds Greylock Partners et des investisseurs comme Marc Andreessen (Netscape) et Reid Hoffman (LinkedIn).

Son nouveau propriétaire Betaworks promet de revenir en mode “start-up” (budget réduit, effectif limité, cycle de développement rapide) et pousser Digg davantage dans le cloud.

Mais il devra renouveler l’équipe qui n’a pas suivi apparemment.

Quant au médiatique fondateur de Digg.com Kevin Rose, il a rejoint les rangs de Google. Le groupe Internet avait acquis sa dernière start-up (Milk).

En 2008, Google aurait affiché son intention d’acquérir Digg.com pour 200 millions de dollars. Offre écartée à l’époque.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur