Bientôt du nouveau dans la messagerie instantanée

Mobilité

La messagerie instantanée sera bientôt une application clé dans les entreprises, au même titre que le courrier électronique. Les grands de l’informatique fourbissent leurs armes?

Popularisée dans un premier temps auprès du grand public, la messagerie instantanée (MI) a peu à peu gagné les faveurs des entreprises. Ainsi, d’après le cabinet d’études Yankee Group, il y a d’ores et déjà aux Etats-Unis plus de 25 millions d’utilisateurs professionnels de messageries instantanées : MSN, Yahoo ou America Online pour la plupart d’entre eux. De son côté, le Gartner Group a fait de la MI une des technologies clés permettant de donner corps à son concept d’entreprise temps réel, c’est-à-dire en interaction dynamique avec son environnement. En toute logique, les fournisseurs informatiques s’intéressent de près à ce nouveau marché. C’est le cas notamment de Sun Microsystems et de Microsoft qui l’abordent alors qu’IBM, avec Lotus Instant Messaging, et Novell, avec GroupWise Messsenger, y sont présents depuis plus de quatre ans pour le premier et trois ans pour le second. Quant aux fournisseurs de services de messagerie instantanée grand public, ils tentent de les “professionnaliser” afin de convaincre la clientèle des entreprises de les utiliser alors que celles-ci ont désormais plutôt tendance à s’en méfier, voire à en interdire l’usage à leurs salariés, eu égard aux problèmes de sécurité qu’ils posent.

Vers la communication instantanée multimédia

Yahoo, par exemple, vient de lancer une campagne intitulée “Save smiley”. Elle consiste à demander aux utilisateurs de Messenger de l’informer si une entreprise en a interdit l’utilisation à ses salariés. Dans un deuxième temps, Yahoo prévoit de contacter ces entreprises afin de leur vendre la version professionnelle de son service de MI, laquelle est commercialisée depuis la fin février. Sans doute il lui sera difficile, du fait de son image grand public, de gagner la confiance des responsables informatiques. D’autant plus que Yahoo affrontera sur ce terrain la concurrence de groupes informatiques qui sont des fournisseurs traditionnels des entreprises.

C’est le cas de Microsoft qui, lui, a l’originalité de jouer sur les deux tableaux, grand public avec MSN et professionnel avec le lancement prévu cet été de Real Time Communications Server 2003, connu précédemment sous le nom de Greenwich. Produit très ambitieux, il devrait à terme permettre d’établir au sein des entreprises et avec leurs partenaires tout type de communication en temps réel, que ce soit l’échange de messages comme dans la MI traditionnelle, mais également des communications audio ou vidéo. En outre, il sera doté d’API permettant aux développeurs de l’enrichir de couches applicatives complémentaires.

Quid de l’interopérabilité ?

De son côté, Sun Microsystems prévoit le lancement de son produit le mois prochain. Sa position paraît assez fragile face à Microsoft ou IBM dans la mesure où il ne peut s’appuyer sur une base installée dans le domaine de la messagerie électronique. Enfin, aux côtés de ces géants, de plus petits éditeurs tentent d’exister. Citons FaceTime Communications, IMLogic ou WiredRed Software… Bien évidemment, se pose la question de l’interopérabilité de ces différents produits. Il existe plusieurs protocoles susceptibles de régler cette question. L’un d’eux, baptisé Simple, est soutenu par IBM et Microsoft et a donc toutes les chances de s’imposer. Il met en oeuvre le standard SIP développé à l’origine pour établir une connexion pour la voix sur IP, la vidéo ou l’audio.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur