Bientôt le tout IP ?

Cloud

Deux annonces, l’une concernant la voix sur IP et l’autre l’envoi de fax par Internet, confirment une fois de plus la prééminence du protocole de communication de technologie de l’Internet sur toutes les autres formes de réseau.

Afin d’uniformiser le réseau de l’entreprise, certaines d’entre elles choisissent de miser sur la voix sur IP pour faire transiter leurs appels téléphoniques. Dans ce cas, il n’y a plus de réseaux séparés, et la voix passe par les mêmes “tuyaux” que les fichiers de l’intranet. Grâce aux débits des réseaux locaux d’entreprise, la qualité est largement suffisante. Cisco, le leader mondial des routeurs, tant pour Internet que pour entreprises, vient d’annoncer la disponibilité de la deuxième version de sa solution de gestion de Voix sur IP CiscoWorks 2000 Voice Manager. CiscoWorks est un ensemble logiciel de management des réseaux de PME/PMI (voir édition du 11 janvier 2000).

Cette nouvelle version mise autant sur les nouvelles fonctions que sur la facilité d’utilisation. Ainsi cette mouture 2.0 permet de déployer des services de voix sur IP mais aussi sur réseau Frame Relay et sur réseau ATM. De plus, un simple butineur Web suffit pour configurer les plans de numérotations et autres détails de mise en place.

Dans le même temps, il semble que la technologie de fax sur IP reprenne un peu de poil de la bête aux Etats-Unis. En effet, alors que de grandes sociétés comme UUNet, GTE Internetworking et PSINet avaient cessé de commercialiser leurs services d’envoi de télécopies par Internet, Cable & Wireless vient de réaffirmer son intérêt dans la technologie. De plus, selon une étude IDC, le fax par Internet est un marché en pleine explosion. Ramené à un calcul en nombre de minutes de communications, le fax sur IP devrait passer de 71 millions de minutes en 1997 à 7,7 milliards en 2002.

Il semble que le prix des communications téléphoniques aux Etats-Unis soit suffisamment bas pour que le gain financier résultant de l’utilisation d’Internet pour envoyer ses télécopies n’ait pas été suffisant. Mais les prix ne sont pas aussi bas partout dans le monde et, surtout, la convergence semble inéluctable. L’adoption du tout IP est indispensable pour parvenir à une messagerie unifiée, telle que Lotus (voir édition du 27 octobre 1999), Cisco ou Sun l’envisagent.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur