Bientôt MacOS X sur un Pentium ?

Cloud

Les rumeurs concernant l’intérêt de la firme de Cupertino pour les processeurs x86 des PC s’intensifient. On le sait, le coeur de MacOS X ne demanderait que peu de modifications pour tourner sur un Pentium. Une pétition continue même d’engranger des signatures pour demander qu’Apple les effectue. Et la Pomme vient d’embaucher une équipe spécialisée.

Difficile position que celle d’Apple en ce moment : la firme est confrontée à la dégradation de la perception de son offre en raison du fossé de fréquence qui sépare ses processeurs G4 des plus puissants des Pentium. Même si, ainsi que nous avons déjà cherché à l’expliquer, il est bien difficile de comparer un processeur Risc comme le PowerPC à une puce Cisc tel le Pentium (voir notre série “Cisc/Risc : le complexe contre le simplifié”).

La volonté des dirigeants d’Apple, exprimée le 18 octobre dernier, est de combler le fossé. Mais la tâche est ardue et si aujourd’hui on sait que des G4 à 800 MHz circulent chez les sous-traitants, le passage au gigahertz n’est pas attendu avant l’été prochain, au moment où Intel ou AMD pourraient flirter avec les 2 GHz.

Porter MacOS X sur x86 serait relativement simple

D’où l’idée qu’Apple pourrait tout simplement préférer porter son OS sur l’architecture x86 concurrente. La rumeur est née du témoignage d’un ingénieur approché par Apple. “Horreur ! Malheur !”, hurleront les aficionados du Mac. Pas d’agitation précipitée : le jour où Apple passera à ce processeur n’est pas proche. Même si le portage de l’OS est d’une relative simplicité (Darwin, le projet open source d’Apple, est dérivé de l’Unix BSD qui tourne sur x86), de très nombreux problèmes se posent et s’opposent à un passage de MacOS X sur ce processeur. Le principal étant l’inexistence de logiciels pouvant y fonctionner : la base d’utilisateurs Mac ne se satisfera pas en effet de ne pas pouvoir utiliser les milliers d’applications disponibles sous MacOS 9, ne fonctionnant pas sous x86 sans un émulateur qui sera nécessairement très lent.

Coup de bluff ou nouveau modèle économique ?

Alors, x86, pour quoi faire ? Mettre la pression sur Motorola, très certainement. Car faire savoir à ce partenaire qu’une autre option que son processeur est à portée d’Apple devrait “émuler” la firme. Mais en plus, à terme, cela donne à Apple la possibilité de disposer en réserve d’un début de nouveau modèle économique : lâcher son activité de constructeur pour se concentrer sur le logiciel, comme… Microsoft ! Un scénario qui n’est pas pour demain et qui irait à l’encontre de la philosophie de la firme, mais qu’il est faut tout de même conserver à l’esprit.

Mais l’architecture x86 n’est pas la seule solution, puisqu’il est également dit que dans certains bureaux d’Apple traînent des Compaq fonctionnant sur d’autres types de puces, les Alpha de DEC, société rachetée par le Texan. Toutes les options sont donc à l’étude…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur