Big data : Airbnb acquerrait Trooly pour en savoir plus sur ses hôtes

Big dataData-stockageEntrepriseFusions-acquisitionsStart-up
airbnb-trooly

Airbnb mettrait la main sur Trooly, start-up qui détermine, par l’analyse de données publiques, les individus « de confiance ».

Détecter plus efficacement les annonces frauduleuses de locataires qui se prétendent propriétaires ou encore repérer les utilisateurs qui prennent contact en dehors de la plate-forme pour éviter de payer des frais de mise en relation : autant d’angles sous lesquels la technologie de Trooly sert potentiellement à Airbnb.

Cliente, depuis 2015, de cette start-up basée dans le sud de la Silicon Valley, la plate-forme américaine intermédiaire pour la location de logements pourrait approfondir la relation au travers d’une acquisition.

D’après Bloomberg, qui dit avoir obtenu confirmation auprès d’un porte-parole, le deal doit être bouclé ce lundi. Airbnb récupérerait la propriété intellectuelle de Trooly et son équipe d’ingénieurs.

La technologie en question analyse des données publiques émanant aussi bien de sources en ligne (en premier lieu, les réseaux sociaux) que hors ligne (« agences gouvernementales » et « fournisseurs privés de confiance », explique la jeune pousse dans sa politique de confidentialité).

Pour les institutions financières, les places de marché CtoC, les employeurs et les professionnels du marketing qui ont adopté la solution, l’idée est de déterminer si les individus avec lesquelles des négociations ont lieu sont dignes de confiance.

Ces derniers peuvent, en respect de la législation des États-Unis (où sont traitées leurs données), accéder aux informations collectées à leur propos et les rectifier.

L’an dernier, Trooly avait levé 10 millions de dollars avec la participation de l’ancien employeur de son CEO Savi Baveja : la société de conseil Bain & Company, via sa branche Bain Capital Ventures.

Pour Airbnb, c’est une nouvelle acquisition cette année après celle – confirmée – de Luxury Retreats (plate-forme canadienne de location d’hébergements haut de gamme et de services de conciergerie) et celle – supposée – de Tilt (financement participatif).

Des opérations qui portent une dynamique de diversification, sur fond de rentabilité atteint au 2e trimestre 2016 (Airbnb affirme tout du moins avoir dégagé, sur la période, ses premiers profits en termes d’Ebitda).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur