Big data et rachat de crédit : Earnest lève 275 millions de dollars

Big dataBusiness intelligenceData-stockageEntrepriseLevées de fonds
levee-fonds-earnest-fintech
2 17

Nouvelle levée de fonds dans la FinTech avec l’Américain Earnest, qui applique big data et analytique au rachat de prêts étudiants.

Développer sa plate-forme logicielle d’analyse de données, recruter 200 personnes d’ici à fin 2016 et se positionner comme une société globale de services financiers : tels sont les principaux objectifs d’Earnest après son deuxième tour de table institutionnel (« Series B »).

L’entreprise américaine a levé 275 millions de dollars, dont 75 millions en capital et le reste en dette – auprès d’un groupement de compagnies d’assurance.

Fondée en 2013 par une équipe d’informaticiens, de mathématiciens et de designers sous la houlette du dénommé Louis Beryl (ancien de Morgan Stanley, Deutsche Bank et Andressen Horowitz), elle avait déjà réuni, en début d’année, près de 20 millions de dollars injectés notamment par First Round Capital.

L’activité principale d’Earnest porte sur le rachat et le regroupement de prêts étudiants*, avec des taux variables (à partir de 1,9 %) ou fixes (3,5 % minimum).

Pour se différencier sur ce segment, la société mise sur sa plate-forme d’analyse de données, qui doit permettre de dresser des profils précis des clients, et ainsi leur « proposer les offres les plus avantageuses possible », en allant au-delà du fameux « Credit Score ».

Dis-moi qui tu es…

Cet indicateur à trois chiffres est un élément clé du système américain. Il s’agit d’un note attribuée à chaque personne ayant un numéro de Sécurité sociale, afin de refléter sa capacité à rembourser des dettes. Outre les prêts, il facilite des démarches telles que l’obtention d’une carte bancaire ou d’une ligne de crédit.

Earnest en tient compte, mais ajoute des éléments comme la formation, la carrière professionnelle, les dettes et les apports ou encore les revenus passés, actuels et potentiels. Ce qui lui permet de suggérer des « fourchettes de prix » dans lesquelles des clients autrement non éligibles peuvent se positionner, avec la possibilité de modifier à tout moment le montant de leurs mensualités, dans les limites fixées.

Earnest, qui propose ses solutions dans une quarantaine d’États américains, autorise également le basculement sans frais entre taux variable et fixe. Tout en proposant des paiements bihebdomadaires afin de réduire les intérêts versés.

Selon l’antenne new-yorkaise de la Réserve fédérale, le montant cumulé des crédits contractés par les étudiants aux États-Unis dépasse les mille milliards de dollars. Les souscripteurs de ces prêts sont tenus de les rembourser à leur entrée dans la vie active.

Earnest en a fait l’une de ses conditions d’éligibilité : ses prestations de refinancement ne sont accessibles qu’aux personnes salariées ou dans leur dernier semestre d’études avec la garantie d’un emploi en sortie de cursus.

Ce tour de table confirme la FinTech comme un secteur d’attractivité pour les investisseurs : plus de 11 milliards de dollars y ont déjà été injectés cette année selon CB Insights. Soit deux fois plus qu’en 2014… et du jamais vu depuis cinq ans.

* Earnest, qui propose également le rachat de crédits à la consommation, revendique « 2 à 5 millions de dollars prêtés par jour ». Le montant moyen des crédits s’élève à 70 000 dollars.

Crédit photo : PathDoc – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur