Big Moustache sauvée par Sia Partners : on rase tout et on recommence

EntrepriseLevées de fondsStart-up
big-moustache-sauve-sia-partners

Après avoir frôlé la fermeture fin 2015, la start-up Big Moustache (service de rasoirs et lames par abonnement) a trouvé un nouvel actionnaire : Sia Partners.

Bonne nouvelle : Big Moustache reprend un nouvel élan en ce début d’année 2017 après une défaillance d’activité qui a failli courir à sa perte.

Dans une contribution déposée le 3 janvier sur LinkedIn, Nicolas Gueugnier, fondateur de la start-up française qui propose des formules de vente de rasoirs et lames par abonnement, annonce l’arrivée d’un nouvel investisseur : Sia Partners.

Le cabinet conseil en management et stratégie opérationnelle s’approprie la jeune pousse en rachetant les titres d’actionnaires historiques et en souscrivant à une augmentation de capital de 500 000 euros.

« C’est un nouveau départ pour Big Moustache », s’exclame Nicolas Gueugnier. « Notre objectif commun est d’installer Big Moustache comme une marque de référence en France sur les produits pour hommes, avec un modèle disruptif dans la distribution et la communication. »

Sur la feuille de route, des priorités apparaissent : redéploiement logistique, refonte du site Web et recrutement d’un Chief Marketing Officer.

« L’objectif est de multiplier par quatre ou cinq le nombre d’abonnés, autour de 30 000, et d’atteindre 2 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à deux ans », ajoute Matthieu Courtecuisse, P-DG de Sia Partners, cité dans Le Figaro.

Le cabinet conseil vient d’inaugurer un fonds d’investissement pour les start-up doté de 3 millions d’euros.

La renaissance de Big Moustache est due à la ténacité de son fondateur, qui avait poussé en octobre un coup de gueule (ou un cri de désespoir comme on veut) sur LinkedIn au regard des difficultés qui s’accumulaient.

Tout en suggérant une possible fermeture de la start-up, Nicolas Gueugnier évoquait des contacts avec des investisseurs potentiels.

Le dernier trimestre 2016 a été crucial pour la start-up pour éviter la banqueroute. Le tribunal de commerce lui a accordé un sursis pour remettre les choses en ordre et assurer la continuité du service pour les fêtes de fin d’année.

Il a fallu également boucler rapidement l’accord avec le nouvel actionnaire Sia Conseil et relancer la machine en ce début d’année 2017 sous la nouvelle configuration.

Selon Le Figaro, la jeune pousse est parvenue à écouler environ 2000 coffrets cadeaux pour Noël. Tout en limitant la casse sur le front financier avec un chiffre d’affaires de 500 000 euros et une perte de 100 000 euros pour l’année 2016.

(Crédit photo : Big Moustache)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur