Bilan de la courte année du portable

Cloud

“2003 sera l’année du portable”, avait indiqué Steve Jobs à l’occasion de Mac World San Francisco. Ou ne sera pas… a-t-on presque envie d’ajouter ? Après un semestre, à 3 jours de MacWorld CreativePro, et à 5 jours des résultats trimestriels de la Pomme, où en est l’année du portable, et à quoi peut-on s’attendre pour le second semestre ?

L’année du portable : Apple l’a mise en avant, dès les premiers jours de janvier, en dévoilant, à la surprise générale deux nouvelles machines professionnelles 12 et 17 pouces, qui ont presque immédiatement emporté l’adhésion du public. Très ironiquement dénommés “le plus petit” et “le plus grand portable” du marché, les deux machines sont venues compléter une ligne de PowerBook orchestrée autour du vénérable TiBook (voir édition du 9 janvier 2003). Le design général de celui-ci atteint les 2 ans et demi d’âge et ses caractéristiques ont été remises à jour en novembre 2002 (voir édition du 24 novembre 2002), en même temps que la gamme d’iBook. Autant dire qu’avec 5 formats différents, Apple a parié gros sur le nomadisme pour l’année en cours. Car la petite phrase de Steve Jobs, son p.-d.g, vaut bien pour l’année fiscale d’Apple, qui court d’octobre à septembre, et dont nous avons débuté le dernier trimestre en juillet ! Ainsi, après 6 mois, force est de constater que l’année du portable est presque achevée… tout du moins dans les livres comptables d’Apple ! Et les résultats sont relativement glorieux : avant même que les deux nouveaux PowerBook de janvier ne soient comptabilisés par palettes entières, les portables représentaient, selon les documents comptables d’Apple, 40 % des unités vendues et 44 % du chiffre d’affaires réalisé en ventes de machines. Le ratio le plus intéressant concerne le chiffre d’affaires moyen par PowerBook vendu, sur le dernier trimestre : plus de 2 100 dollars (1 830 euros), alors que le PowerMac ne générait au même moment qu’un peu moins de 1 900 dollars (1 656 euros) par machine ! Autant dire que jusqu’en mars dernier, le PowerBook représentait déjà la vache à lait de l’entreprise.

Le Centrino d’Intel va pousser Apple à innover à nouveau

Mais les résultats les plus intéressants sont à venir : d’avril à juin, Apple disposait des capacités de production suffisantes pour répondre à une demande, dont les chefs de produits de la firme avouaient modestement qu’elle était pressante. “Enfin”, soufflaient d’ailleurs les utilisateurs, exaspérés par le démarrage difficile de la commercialisation des deux nouveaux portables, marqué par des délais de livraisons à rallonge (essentiellement pour le PowerBook 17 pouces). Surtout, le constructeur a très opportunément baissé les tarifs de sa gamme à l’approche de l’été pour relancer des ventes, dont on se doute désormais qu’elles sont concurrencées par d’autres constructeurs… de PC. C’est Mercredi 16 juillet qu’Apple présentera ses résultats trimestriels, par la voix de son directeur financier, Fred Anderson (voir édition du 29 août 2000). Ses résultats seront à observer de près au regard des performances du segment des portables aux Etats-Unis. Celui-ci y a en effet compté, pour la première fois dans l’histoire de l’informatique, pour près de 54 % des ventes d’ordinateurs, selon la firme de recherche NPD Group. Un bond de près 29 points sur deux ans !

Apple va-t-elle poursuivre dans cette voie ? Après plus de 6 mois de présence sur le marché, tant le TiBook, que l’iBook demandent une mise à jour, dont il se murmure qu’elle pourrait intervenir lundi 14 juillet, à l’occasion du discours de Greg Joswiak, le patron du matériel d’Apple, en introduction du salon New-Yorkais, MacWorld Creative Pro. Cela fait des semaines que les plus fans des portables d’Apple attendent que la version 15 pouces du PowerBook soit mise au niveau de ses deux “jeunes frères”. Et au-delà ? La concurrence de l’architecture Centrino d’Intel va sans doute devoir pousser Apple à innover à nouveau. En effet, Centrino permet aux fabricants de PC de proposer des portables aux mêmes caractéristiques d’autonomie que ceux d’Apple. Si on attend bien qu’un jour le G5 soit embarqué dans les machines de la marque à la pomme, Greg Joswiak a indiqué à nos confrères de MacCentral que ce ne serait pas pour tout de suite. Alors rêvons à l’avenir de l’informatique mobile : le site MacEdition parle d’utilisation de batteries à hydrogène (murmure même qu’Apple chercherait à utiliser les compétences d’une start-up), quand l’Association des Ingénieurs Allemands (VDE) pointe aussi du doigt, selon nos confrères d’EETimes, les possibilités de recyclage de l’énergie humaine. Enfin, il se dit que les technologies d’écrans souples émergent, alors que les coûts des lecteurs optiques continuent de baisser, et que Samsung produit déjà des barrettes de mémoire vive DDR 400 de 1 Go. Si on peut s’attendre à voir ces deux dernières technologies dans un probable PowerBook G5, les autres ne seront pas disponibles avant un éventuel PowerBook G6 !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur