BlaBlaLines : le covoiturage courte distance de BlaBlaCar monte à Paris

Apps mobilesMobilité
blablalines-ile-de-france

Testé depuis début mai autour de Toulouse et de Reims, le service de covoiturage courte distance BlaBlaLines est lancé en Île-de-France.

Le périmètre d’exploitation de BlaBlaLines s’élargit.

Le service de covoiturage courte distance lancé début mai* par BlaBlaCar arrive, ce jeudi 14 septembre, en Île-de-France.

Il est également étendu à « tous les axes du Grand Reims, de Toulouse et de sa région », après avoir totalisé « 5 000 trajets aller-retour publiés par semaine » sur l’axe Toulouse – Montauban et « 2 000 » sur l’itinéraire Reims – Châlons-en-Champagne.

BlaBlaCar n’avance pas d’objectif à plus long terme. On en reste à l’ambition affichée au démarrage du service : couvrir l’intégralité du territoire français à l’horizon 2018.

Le développement du réseau se fait de manière dynamique : le maillage « s’adapte à la densité réelle des parcours quotidiens ». Une ligne de covoiturage n’est en l’occurrence ouverte que lorsqu’y circule un nombre suffisant de conducteurs.

Une affaire d’algos

Alors que sur l’offre « historique » de covoiturage longue distance, le  choix du conducteur, du prix et du point de rencontre se fait manuellement, BlaBlaLines exploite l’algorithmique et l’analyse de données pour automatiser la mise en relation.

Du côté des conducteurs, on indiques ses habitudes de déplacement (lieux de départ et d’arrivée, récurrence, parcours privilégié…).

Les passagers peuvent effectuer une recherche entre 1 et 48 h avant leur départ. La plate-forme identifie alors, « dans les 30 minutes », « le bon conducteur ». Ce dernier a la possibilité d’accepter ou de refuser, en un clic, les covoiturages qui lui sont proposés.

Pour faciliter la prise en charge, des points de rencontre ont été définis : gares, places, musées, arrêts de bus, etc. Ces lieux se trouvent systématiquement, affirme BlaBlaCar, sur la route prévue par les conducteurs et au plus près des passagers.

Des voitures à remplir

Concernant la tarification, elle est « [calculée] par la plate-forme dans les limites du baromètre kilométrique en vigueur », peut-on lire dans les conditions générales d’utilisation du service. On nous annonce 4 euros pour un Toulouse – Montauban comme pour un Reims – Châlons, le paiement se faisant en liquide.

Pour BlaBlaCar, qui revendique 45 millions d’utilisateurs dont 11 millions en France, la région parisienne représente un vivier considérable : 43 % des Franciliens ont la voiture pour principal mode de transport dans le cadre de leurs trajets domicile-travail (Insee, 2011) et le taux moyen d’occupation des véhicules est de 1,05 (IAU Île-de-France, 2017).

86 % des Français considéreraient par ailleurs les difficultés d’accès à la mobilité comme un frein à l’emploi, d’après une enquête menée par l’institut ELABE avec le Laboratoire de la mobilité inclusive (think tank créé à l’initiative du groupe Total et de l’association Wimoov).

* Il s’agit d’une application mobile distincte : les avis et l’ancienneté acquis sur BlaBlaCar n’y sont pas intégrés. Il est toutefois prévu de faire la jonction.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur