Black Friday en France : une édition 2015 plombée

E-commerceMarketing
black-friday-france
5 5

En raison de l’hommage national des victimes aux attentats rendu aujourd’hui, la promotion du Black Friday en France est compliquée. Question de retenue.

Le Black Friday en France, c’est aujourd’hui (27 novembre) mais ce sera probablement morne cette année. Alors que l’évènement spécial shopping importé des Etats-Unis peine déjà à s’instaurer.

Des tentatives récurrentes ont lieu dans ce sens depuis 2010 mais ce n’est que depuis l’an passé que l’on a perçu un déclic avec des enseignes qui jouent le jeu (Auchan, FNAC, Cdiscount, La Redoute, Amazon, Habitat, Darty, ….)

« Au total, c’est 15 millions d’acheteurs qui ont procédé à un achat lors du Black Friday 2014 », assure l’agence R-Advertising qui tente de libérer la cyber-consommation  à travers un site Internet dédié ! Mais le dispositif reste très light.

Mais cette édition est particulière éprouvante en raison du contexte d’état d’alerte associé aux récents attentats. C’est mauvais signe pour le commerce globalement.

Et c’est encore plus éprouvant en raison de l’hommage national rendu ce matin aux victimes dans la cour de l’Hôtel des Invalides. Difficile pour les e-marchands de fanfaronner dans ces conditions à la gloire du shopping. Question de retenue.

Initiatives éparpillées

Alors des e-commerçants tentent de contourner le blocage psychologique. Sur Cdiscount, le Black Friday 2015 est devenu les « Jours Spectaculaires » !

Chez Amazon, au regard de son origine américaine, c’est plus naturel de garder le cap en jouant sur une période plus longue : « Du 23 au 30 novembre 2015, Amazon organise son événement « Cyber Week » avec de nouvelles Ventes Flash toutes les 10 minutes « !

De son côté, la FNAC riposte avec ses « Quatre jours uniques » avec livraison gratuite (hors marketplace).

Selon une étude PrestaShop (réalisée juste avant la série d’attentats), « la France reste moins enthousiaste que ses voisins européens avec 23 % des e-commerçants qui déclarent organiser des opérations promotionnelles à l’occasion du Black Friday, contre 56% en Espagne et 28% en Italie ».

Lors d’une récente conférence de presse, la FEVAD a souligné que plusieurs acteurs du e-commerce se consultaient pour prochainement changer le nom de cette manifestation.

Surtout ne pas déprimer ? Selon la dernière étude de Médiamétrie en partenariat avec la FEVAD, 84% des cyber-acheteurs avaient bien l’intention de profiter de cette opération de ventes promotionnelles.

Aux Etats-Unis, l’ambiance est différente et la « tradition » du Black Friday (le dernier vendredi du mois de novembre après Thanksgiving) est bien ancrée dans le commerce physique et online. L’évènement marchand avait été lancé dans les années 70.

Objectif rappelé par le site Internet français Cybermonday : « sacrifier une partie des marges et préserver le chiffre d’affaires des magasins durant cette période figée par l’attente des achats de Noël ».

Selon l’ Adobe Digital Index qui mouline des données de 100 millions de visites sur 4500 sites marchands, les consommateurs américains vont dépenser plus d’un milliard de dollars (+22% par rapport à l’an passé).

Cyber-Monday : manque de visibilité

Peut-on s’attendre à un rebond avec le Cyber-Monday, un autre événement dédié à l’e-shopping (également importé des USA) prévu le lundi 30 novembre ?

Là encore, la manifestation manque de visibilité en France. Le site Internet Cybermonday.fr est en accès restreint. La déclinaison Cybermondayfrance.fr est inactive.

En effectuant une recherche naturelle sur Google, on aperçoit Cdiscount qui a néanmoins pris position sur le Cyber Monday.

Mais aucun e-marchand français n’a préempté d’AdWords (liens sponsorisés) sur ce terme…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur